Comme une moule à un rocher

Je trouve tous les politiques un peu fous, à leur façon. Mais François Fillon, il est pour moi carrément dément. Marteau. Frappadingue. Bon à enfermer.
On parle tout de même d’un ex-premier ministre s’obstine à maintenir sa candidature, malgré le fait que tout le monde lui dise d’arrêter les frais. On le soupçonne d’avoir donné un emploi fictif à sa femme et ses enfants ? Il ne renonce pas. Il ne peut faire campagne sans qu’il soit accueilli par des manifestants ? Il insiste. Sa femme n’avait même pas de badge d’assistante parlementaire ? Il maintient sa candidature. Les ténors du parti le lâchent ? Il insiste ! Plus on lui tape dessus, et plus il rentre la tête et avance avec obstination. Il suggère que c’est du courage, et donne une image de révolté. Mais comment peut-il prétendre qu’il sert le pays ? Quand il poursuit sa campagne sans tenir compte des accusations, il ridiculise la France, et nous fait passer pour une nation de charlots corrompus. Dans beaucoup d’autres pays, un politicien aurait été dans l’obligation de se retirer dès le début du scandale. Quand il bafoue la déclaration qu’il avait donnée devant des millions d’auditeurs, il sape la confiance envers tous les élus. Cette confiance était déjà faible, mais est-ce une raison pour franchir un nouveau pallier ? Lorsqu’il dénonce un assassinat politique, il sort carrément du rationnel : c’est tout le système judiciaire qu’il remet en question. Et lorsqu’il affirme qu’il n’a pas besoin des élus, il est bien pire, à certains égards, qu’un Donald Trump ! Alors la question se pose : pourquoi Fillon continue-t-il ? Souhaite-t-il tenir jusqu’au 17 où plus aucun républicain ne pourra lui succéder ? Est-il convaincu de servir le pays avec ses idées ? Croit-il franchement qu’un député qui bafoue le droit, ment devant la France entière et crache aussi facilement sur la magistrature peut être un président convenable ? Une chose est sûre, à mon sens : cet homme est le pire désastre qu’aient connue les LR.

De la confiance grâce au virtuel

Comment pouvons-nous accélérer le changement de nos croyances afin de construire notre confiance et notre estime de soi? Toutes nos croyances ont été développées progressivement au cours de nombreuses années – il faudra donc du temps pour développer de nouvelles croyances. Cependant, nous pouvons favoriser l’émergence du nouveau YOU en répétant régulièrement les affirmations positives décrites dans la Newsletter 1. (Prenez le temps ici de relire la Newsletter 1.) Nous pouvons également améliorer notre confiance en utilisant des techniques de visualisation. Vous avez probablement vu ou entendu que lorsque les pilotes de vol développent de nouvelles compétences, ils utilisent un simulateur de vol pour le faire. C’est parce que le simulateur est capable de reproduire les expériences exactes que le pilote rencontrera aux commandes d’un avion. De même, nous pouvons utiliser notre imagination pour simuler des expériences et des croyances positives que nous pouvons reproduire dans la vie réelle. Prenez le temps chaque jour de vous visualiser comme étant la personne que vous voulez être. Par exemple, si vous manquez de confiance dans les situations sociales, vous voudrez peut-être vous imaginer en train de marcher dans une pièce remplie de gens – en vous serrant la main, en souriant et en bavardant d’une manière détendue. Tout en visualisant cette scène, ressentez cette énergie amicale détendue dont vous aimeriez profiter, plutôt que le stress et l’anxiété et les mains moites que vous éprouvez présentement. Remarquez que votre cœur bat à un rythme régulier et régulier (pas en battant), et ressentez l’éclat intérieur que vous éprouvez en rencontrant ces nouvelles personnes et souriez et faites un signe de tête pour vérifier votre intérêt pour ce qu’ils ont à dire. Vous allez simuler une expérience de quelqu’un que vous aimeriez être – comme si vous aviez déjà ces compétences sociales. Continuez à répéter ces exercices dans tous les domaines de votre vie jusqu’à ce que vous deveniez cette personne confiante et détendue que vous avez visualisée. Plus vous apportez tous les sentiments et les émotions à l’exercice, plus l’amélioration est grande. Au fur et à mesure que vous développerez votre estime de soi, vous constaterez que vous commencez à attirer des personnes nouvelles et différentes dans votre vie et que vous commencerez à penser plus positivement à vous-même et aux autres. La semaine prochaine nous discuterons de l’importance du mélange avec des personnes positives. Nous regarderons les personnes qui vous aideront dans votre voyage pour trouver le nouveau VOUS confiant. A lire sur le site de simulateur de vol, pour ceux qui veulent plus d’informations.

avion

Justice de transition au Guatemala

Au Guatemala l’anéne dernière, et malgré des avancées dans les poursuites pénales relatives à certains crimes contre l’humanité commis pendant le conflit armé interne (1960-1996), les mesures visant à obtenir la vérité, la justice et des réparations étaient toujours au point mort. Par ailleurs, la grande majorité des affaires continuaient de subir des contretemps ou d’être retardées de manière injustifiée. Cinq anciens membres de l’armée, dont l’ancien chef du Haut Commandement de l’armée guatémaltèque, ont comparu devant la justice. Ils étaient inculpés de crimes contre l’humanité et de viol à l’encontre d’Emma Guadalupe Molina Theissen, et de la disparition forcée de son frère cadet, Marco Antonio Molina Theissen. Les procédures pénales engagées contre d’anciens militaires pour des accusations liées à plusieurs affaires de disparitions forcées et d’homicides illégaux commis dans une base militaire aujourd’hui connue sous le nom de Creompaz, dans le département d’Alta Verapaz (nord du pays), étaient toujours au point mort. Des recours formés contre des décisions intéressant les droits des victimes étaient en instance et plusieurs militaires étaient toujours en fuite. Dans les deux cas, des victimes et des défenseurs des droits humains ont été intimidés et harcelés à l’intérieur comme à l’extérieur du tribunal et aussi en ligne. Après plusieurs vaines tentatives depuis 2015, les procès de José Efraín Ríos Montt, ancien président et commandant en chef des armées, et de Rodríguez Sánchez, ancien chef du renseignement militaire, ont repris en octobre.

J’adore Marrakech

Marrakech est la ville la plus enivrante du Maroc. Depuis que le «Joyau du Sud» du Maroc est devenu un lieu de commerce et de repos sur les anciennes routes des caravanes depuis Tombouctou, la ville a à peine cessé de respirer. Couché bas et dominant la plaine du Haouz au pied des montagnes du Haut Atlas enneigées (une merveilleuse vue sur une journée ensoleillée), la ville a été obstinément défendue contre les tribus maraudeuses par des sultans successifs. Ils ont maintenu leurs puissantes dynasties et ont arpenté leurs terres fertiles depuis les paisibles oliveraies et le lagon du jardin de Menara, et les vastes vergers des jardins de l’Agdal. Aujourd’hui, explorer la ville n’a jamais été aussi facile. Une répression contre les arnaqueurs qui tracassent et une police touristique infiltrée signifie que vous êtes plus libre que jamais d’errer et de se demander. La médina est le miracle de Marrakech, un heurt heureux de l’ancien et du nouveau, à son tour séduisant et confus. Pratiquement inchangés depuis le Moyen Âge, les solides remparts rose saumon de Marrakech entourent et protègent sa mystérieuse médina labyrinthique, masquant palais, manoirs et bazars. Les piétons luttent pour trouver leur équilibre sur les minuscules ruelles pavées parmi une série infinie de cyclomoteurs, de charrettes tirées par des ânes et de brouettes vendant un mélange de bonbons et de casseroles collants. Mais prends ta mâchoire, prends ton temps, et prends tout ça, en grignotant dans la Rose City comme une feuille de menthe dans une théière en étain. La plupart de la médina est navigable seulement à pied, et vous pouvez choisir d’engager un des guides officiels de la ville pour vous guider à travers le labyrinthe. Les guides qualifiés peuvent valoir leur pesant d’or car ils vous protègent contre les marchands trop zélés et partagent l’histoire colorée de la ville, mais certains poussent leurs clients vers le shopping pour gagner une belle commission. Soyez clair dès le départ si vous voulez faire du shopping. Le tarif en vigueur pour un guide de la ville est de 300 DH pour une demi-journée, 600 DH pour une journée complète. Source: incentive Maroc

Un amour platonique

L’amour platonique, dont on a tant parlé et sur lequel, par conséquent, il faut dire un mot, au moins pour le définir, est une des applications de son système moral. Comme dans le cas de toutes les autres choses, l’idée de l’amour est en Dieu. Il existe là dans la pureté absolue, sans aucun mélange de l’idée du plaisir, puisque le plaisir est essentiellement éphémère et périssable. L’amour en Dieu consiste simplement dans la contemplation passionnée de la beauté (physique et morale); nous ressemblerons à Dieu si nous aimons la beauté précisément de cette manière, sans excitation ni agitation des sens.  Une des originalités chez Platon est qu’il s’occupe de politique, c’est-à-dire qu’il fait de la politique une partie de la philosophie à peine pensée (je dis à peine, parce que Pythagore était législateur), mais qui a depuis été pris en considération. Platon est aristocratique, sans doute parce que sa pensée est généralement telle, indépendamment des circonstances, peut-être aussi, parce qu’il a attribué les grands malheurs de son pays dont il a été témoin à la démocratie athénienne; puis peut-être encore, parce que cette démocratie athénienne avait été violemment hostile et parfois cruelle aux philosophes, et plus spécialement à son propre maître. Selon Platon, tout comme l’homme a trois âmes, ou si l’on préfère, trois centres d’activité qui le gouvernent – l’intelligence dans la tête, le courage dans le cœur et l’appétit dans les entrailles – même si la ville est composée de trois classes: les hommes sages et savants au sommet, les guerriers ci-dessous, et les artisans et les esclaves plus bas encore. Les sages gouverneront: ainsi les nations ne seront jamais heureuses que lorsque les philosophes seront rois, ou que les rois seront philosophes. Les guerriers se battront pour défendre la ville, jamais en tant qu’agresseurs. Ils formeront une caste pauvre, sévère à elle-même et redoutable. Ils n’auront pas de possessions individuelles; tout sera en commun: maisons, meubles, armes, femmes et enfants. Le peuple, enfin, vivant dans une stricte égalité, soit par partage égal des terres, soit sur des terres cultivées en commun, sera strictement maintenu dans la probité, l’honnêteté, l’austérité, la moralité, la sobriété et la soumission. Tous les arts, à l’exception de la musique militaire et des danses de guerre, seront éliminés de la ville. Elle n’a besoin ni de poètes ni de peintres non encore musiciens, qui corrompent la morale en les adoucissant, et en faisant sentir à tous la douleur secrète de la volupté. Toutes les théories, qu’elles soient aristocratiques ou tendant plus ou moins au communisme, sont dérivées de la politique de Platon, soit en étant issues d’elles, soit en leur revenant en arrière.  Platon est pour tous les penseurs, même pour ses adversaires, le plus grand nom de la philosophie humaine. Il est l’autorité suprême de la philosophie idéaliste, c’est-à-dire de toute philosophie qui croit que les idées gouvernent le monde, et que le monde progresse vers une perfection qui est quelque part et qui la dirige et l’attire. Pour ceux même qui ne sont pas de son école, Platon est le plus prodigieux de tous les penseurs qui ont uni la sagesse psychologique, la force dialectique, le pouvoir de l’abstraction et l’imagination créatrice, qui finit par atteindre le merveilleux.

La sécurité des aéroports

L’aéroport auvergnat s’est mis en conformité avec les nouvelles normes de sécurité européennes, ce qui passe notamment par une rénovation de la piste. Sécurité : l’aéroport au niveau La sécurité aéroportuaire est à présent une affaire européenne et non plus nationale. Comme la quasi-totalité des aéroports français (Saint-Étienne est une exception notable), l’aéroport Clermont-Ferrand Auvergne s’est mis en conformité avec les exigences du « plus haut des standards ». « Un véritable enjeu » Une cérémonie officielle a marqué la conversion du certificat de sécurité national en certificat européen, hier à Aulnat, en présence de Michel Hupays, directeur de la sécurité de l’aviation civile centre-est. « C’était un véritable enjeu, tout simplement pour pouvoir continuer l’exploitation après le 31 décembre, commente Cyril Girot, directeur de l’aéroport. Avec le syndicat mixte, nous avons déjà réalisé un certain nombre de travaux nécessaires, avec l’élargissement d’un taxiway (voie de circulation) ; il y aura des travaux complémentaires, en particulier l’élargissement de la piste principale. On accueille déjà des gros avions, comme des Bœing 777 et 747, les travaux sur la piste font partie des nouvelles normes pour continuer à les accueillir. » Une mise à jour qui demandera « plus de dix millions d’euros » d’investissements sur plusieurs années, indique Didier Laville, maire d’Aulnat et vice-président du syndicat mixte de l’aéroport : « Avec le délégataire, nous avons un programme d’investissements qui date de plusieurs années déjà, pour rester au niveau, précise l’élu. C’est capital, autrement nous n’avons pas d’avenir. » La rénovation de la piste devra se faire sans pénaliser le trafic aérien. Délivré par l’Agence européenne de la sécurité aérienne (Aesa), ce certificat concerne tous les aspects de « l’organisation et l’exploitation des infrastructures aéronautiques ». Cette nouvelle réglementation renforce aussi le rôle de l’exploitant aéroportuaire, Vinci Airports, qui devient « chef d’orchestre » de la sécurité de la plate-forme : prévention des incendies, coordination des secours, formation et contrôle des compétences pour l’ensemble des intervenants, le contrôle de la conformité de l’exploitation, l’évaluation du péril animalier. Source : Pilotage Avion

En finir avec les mots

On se passionne, en France, pour le débat sur l’écriture inclusive, sans voir que c’est comme s’interesser à une grenouille dans une mare que va submerger un tsunami. Car ce qui se joue en ce moment à l’échelle de la planète, pourrait être, tout simplement, la disparition de l’écriture de toutes les langues. Et même, à terme, de la parole. L’une et l’autre étant remplacées par une communication non verbale par signes écrits, dont les émoticons constituent l’esquisse. D’abord, parce que nous nous parlons de moins en moins : les téléphones ne servent plus à parler mais à envoyer des messages Et même dans les bureaux, les collègues préfèrent communiquer par écrit plutôt que d’aller échanger à la machine à café. On y ressent la conversation avec l’autre comme une agression, une invasion de son champ privé ; alors que l’écrit a l’avantage de protéger la privauté, de laisser libre de répondre à sa guise, au moment où on veut, sans dévoiler d’émotion particulière. Le message écrit s’installe donc comme la forme supérieure de la politesse ; et l’interpellation inopinée comme la forme supérieure de l’impolitesse. Ensuite, parce que, en matière d’écrit, et en particulier sur pour les messages envoyés par des téléphones mobiles et autres engins du même type, les échanges utilisent de moins en moins une langue, quelle qu’elle soit ; parce qu’elles sont toutes complexes à écrire, et parce que leurs sophistications grammaticales ne sont pas nécessaires pour se faire comprendre. Donc, de plus en plus de gens utilisent, à la place des mots, dans ces messages, des abréviations, des écritures phonétiques. En particulier, on voit s’y installer un mode de communication écrite qui n’utilise même plus les lettres : les pictogrammes. Les smiley, dit-on en français ; les emojis, dit-on en japonais ; les émoticons, dit-on en anglais. Emoji voulant dire d’ailleurs, en japonais, « pictogramme ». Ce mode apparu en France en 1982 , aux Etats-Unis et au Japon en 1998, n’est plus anecdotique. Il est aujourd’hui codifié par une organisation californienne à but non lucratif, Unicode, qui valide les pictogrammes acceptés par tous les réseaux mondiaux . Ces pictogrammes disent des émotions, des sentiments, des faits. Leur signification est immédiate. Nul besoin de dictionnaire ou de grammaire pour les comprendre. Ils permettent à des gens au vocabulaire peu étendu de dire beaucoup plus, et beaucoup plus vite. Pour communiquer plus besoin de connaitre l’orthographe ou de parler une langue. De nouveaux pictogrammes apparaissent sans cesse, fabriqués par une intelligence artificielle. Aujourd’hui, Unicode référence 1920 pictogrammes, dans 5 couleurs de peau. Et ils sont de plus en plus utilisés : il semblerait que plus de 5% des messages sur internet contiennent déjà au moins un pictogramme. Et j’attends, à moins qu’il n’existe déjà, le premier roman écrit entièrement en émoticons. Les pictogrammes sont loin encore de constituer un substitut complet des langues : ils permettent mal de distinguer si on parle de soi ou d’un autre ; ils n’ont pas la même signification d’une culture à une autre ; et on peut difficilement construire avec eux des phrases entières, mais en a-t-on encore besoin ?

L’eau et les eaux usées en Afrique subsaharienne

L’Afrique héberge 15 % de la population mondiale, mais ne dispose que de 9 % des ressources en eau renouvelables, réparties de manière inégale dans l’ensemble de la région. L’écart entre la disponibilité et la demande en eau se creuse rapidement, surtout dans les villes, où la population urbaine devrait quasiment quadrupler d’ici 2037. L’amélioration des conditions de vie et l’évolution des modes de consommation participent de cette croissance de la demande en eau. D’autre part, les disponibilités en eau diminuent, en raison des besoins concurrents des secteurs agricole, minier et industriel et de la détérioration de la qualité de l’eau. Les eaux souterraines représentent pour de nombreuses personnes la source d’approvisionnement principale ou une source alternative, mais la pollution et la surexploitation menacent ces ressources. En Afrique subsaharienne, sur plus d’un milliard de personnes, 319 millions n’ont toujours pas accès à des sources d’eau potable améliorées. Pour ce qui est de l’assainissement, la situation est encore moins réjouissante puisque 695 millions de personnes ne disposent pas d’installations sanitaires de base, et que pas un seul pays subsaharien n’a atteint la cible des OMD concernant l’assainissement. L’extraction minière, l’industrie du pétrole et du gaz, l’exploitation forestière et le secteur manufacturier constituent les industries principales dans la région. Elles génèrent toutes des eaux usées qui sont souvent rejetées dans l’environnement avec un traitement minimal, ou aucun traitement. Au Nigéria, par exemple, on estime que moins de 10 % des industries traitent leurs effluents avant de les rejeter dans les eaux de surface. Par ailleurs, là où l’on trouve des bassins de stabilisation, les concentrations de polluants relevées dans les effluents sont parfois cinq fois plus élevées qu’en Europe. Les eaux de ruissellement agricole, qui contiennent des produits agrochimiques ainsi que des déchets végétaux et des résidus d’élevage, représentent une des sources de pollution des masses d’eau. Un lien a, par exemple, été établi entre l’eutrophisation régulière du réservoir d’Oyun à Offa, dans l’État de Kwara (Nigéria), et les ruissellements d’engrais phosphatés provenant des fermes avoisinantes et de déjections bovines se déversant du bassin versant dans le réservoir. Dans la plupart des villes africaines, les eaux de pluie entraînent les ordures ménagères à l’état solide et d’autres substances polluantes dans des systèmes d’évacuation rudimentaires, puis dans les rivières avoisinantes et les nappes souterraines. Cette situation est encore aggravée par l’application insuffisante et le non-respect des règlementations et principes d’urbanisme. Bien que les eaux usées d’origine industrielle et agricole soient des sources de pollution avérées dans la région, le présent chapitre porte plus particulièrement sur les eaux usées urbaines, car cette question est essentielle au regard des nouvelles possibilités qu’une meilleure gestion pourrait offrir, dans un contexte d’urbanisation de plus en plus rapide.

En apesanteur

Voler est sans doute le plus vieux rêve de l’homme, et un rêve d’autant plus fort que bien peu peuvent le réaliser. Et je ne parle pas ici de voler à bord d’un avion de ligne, d’un biplace, ou même d’un deltaplane : je parle de voler sans entraves, sans aide, sans plus être relié à rien. Seuls les astronautes et Superman peuvent a priori faire cela. Et pourtant, il y a quelques semaines, j’ai pu voler comme eux. J’ai pu apprécier les charmes de l’apesanteur pendant un vol parabolique à Miami. Bien sûr, l’escapade était loin d’être donnée, surtout si l’on considère sa durée. A presque 5000 euros la promenade, la seconde d’apesanteur revenait globalement à une quinzaine d’euros. Pourtant, si c’était à refaire, je ferais exactement pareil. Ce n’est pas tous les jours qu’on accomplit le plus vieux rêve de l’homme ! Ma belle-mère a tiqué à l’idée que je puisse gaspiller une telle fortune pour quelque chose d’aussi fugace. Et en effet, si l’on veut quantifier les choses comme elle, 5000 boules pour 330 secondes d’existence, ça peut paraître extravagant. Mais c’est selon moi un raisonnement biaisé, qui occulte une réalité importante : il s’agit ici d’un moment d’exception qu’on ne peut comparer à un objet de consommation. Parce que ça vous hante. Profondément. Durablement. A vrai dire, je crois que je me souviendrai toujours de ce moment : je n’ai qu’à repenser à ce jour pour ressentir pleinement les sensations que j’ai ressenties là-haut. Et à moins d’avoir un accident grave, je ne pourrai sans doute jamais oublier. C’est absolument magique, dans tous les sens du terme. Tous ceux qui ont vécu avant nous n’ont pas fait l’expérience de cette sensation. Même Icare, avec ses ailes, n’a pas volé comme moi. Et même à notre époque, très peu de gens ont eu l’occasion de goûter à ce fruit défendu ! Cela reste donc fondamentalement un moment de grâce, et un pur moment de bonheur qui n’a pas de prix. Ma femme me dit souvent que j’ai un côté prosélytiste. Alors, au cas où j’aurais rallumé en vous un rêve d’enfant, voilà le prestataire qui m’a fait faire ce vol parabolique! :) Je vous invite à suivre le lien pour en savoir plus sur ce vol en apesanteur.

apesanteur2 (3)