Hội An, sur la route Mandarine.

Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

  • partages

    De Nha Trang à Hội An, la route Mandarine est un must du Vietnam. Retour sur un de mes meilleurs moments au Vietnam.

    Indo3-092

    Nha Trang

    Courte halte à Nha Trang, station balnéaire sur la Mer de Chine. Cette grande ville est visiblement en proie à la bétonisation de son rivage, de grandes tours se dressent dont un Hilton en passe d’être ouvert. Il faut dire que c’est la seule ville du Vietnam implantée à même le littoral.

    Abritée entre les montagnes et le large, le climat est ici réputé pour son ensoleillement et sa chaleur toujours supportable. En effet, le long de ses belles plages de sable fin, une petite brise bien agréable souffle. A mon avis, les récents troubles en Thaïlande vont profiter au tourisme vietnamien en expansion.

    moremore

    Pour en savoir plus :

    Depuis le début du blog, en 2010, je publie régulièrement la série « Flash Back ». Ces texte et photos sont tirés de mes anciens carnets de voyage. Il y a peu, je vous racontais mon trip à dans le nord du Laos

    La route numéro 1 est la véritable épine dorsale du pays. Cette route, baptisée route Mandarine par les Français au XIXe siècle, construite par les Empereurs jadis, relie sur 1700km le Delta du Mékong aux confins des frontières nord du pays.

    Indo3-108

    Hội An

    Hội An est desservie par cet axe. Epargné par la guerre, ce petit port, classé par l’UNESCO a vraiment du charme. Je découvre une petite ville qui par ses maisons coloniales très bien conservées et ses quelques maisons en bois de plusieurs siècles me rapproche d’un lointain passé.

    Indo3-095

    Au marché, une armée de chapeaux coniques semble danser entre les allées. L’odorat aussi est sollicité par les effluves se dégageant des étals des marchandes.

    Les hommes eux, sont au café et jouent aux dominos ou aux échecs chinoises (je n’ai pas encore compris les règles). Le centre touristique avec ses nombreuses maisons de caractère se visite à pied.

    Indo3-111

    Je suis en train de me réconcilier avec le Vietnam. Les présentations ont été un peu difficiles au début mais là avec le temps et un peu de communication, on est en train de dépasser les blocages. Il suffit aussi de s’écarter des pôles touristiques. Pas nécessaire d’aller très loin en somme.

    Indo3-140

    Une balade en vélo dans la campagne environnante autour d’Hoi An suffit pour vivre des rencontres sympas et voir fleurir les sourires.

    Le paysage est d’un vert éblouissant. C’est le début de la récolte du riz et peu à peu les rizières sont fauchées. Je longe le port de pèche d’un village, jouant avec des enfants, ces êtres encore pas trop formatés par la société.

    Indo3-145

    J’aide une étudiante à élaborer son questionnaire portant sur l’étude du tourisme local, je bois du whisky tord boyau avec un vietnamien déjà très avancé sur le chemin de l’hébétude. Il ne parle pas un mot d’anglais, heureusement une vieille dame nous est d’un grand secours en arbitrant nos échanges de quelques crachats envoyés sur le sol.

    Il n’est pas rare de voir des parties de badminton sur les places publiques. Les Vietnamiens en sont friands et l’envie me prend à chaque fois de tâter du volant.

    Indo3-158

    De retour à Hội An, en face du pont japonais, assis aux cotés de vieilles vendeuses aux visages aussi ridés que du vieux parchemin, un quadragénaire blanc à vélo me dévisage. Je le salue d’un air mi amusé mi interrogatif. “ Excusez moi, mais c’est fou vous avez le même regard, les mêmes yeux que mon père lorsqu’il était jeune, vraiment” me déclare-t-il. Bigre mais c’est qu’il a l’air véritablement ému. “Mon père est mort il y a vingt ans” ajoute le voyageur allemand. Croit-il en la réincarnation?

    Impermanence

    Je croise dans un cyber-café d’Hội An une routarde. Je sais, c’est incroyable ce que nous réserve la vie. Sauf que son visage me dit quelque chose. C’est réciproque visiblement.

    Après un court instant, on se pose mutuellement la question. Où ? Quand ? Dans quelles circonstances ? Diantre, impossible de s’en rappeler ! Je refuse de sortir du lieu sans retrouver la mémoire. C’est énervant cette sensation, vous devez savoir de quoi je parle. Je n’arrive pas à situer cette dynamique brune à l’accent germanique dans mon voyage. Cambodge, Thaïlande -?…Elle aussi est perdue dans la brume de son esprit. J’en conclus que je n’ai pas du la marquer beaucoup…Rectification, elle ne m’a pas marqué.

    Finalement, nous renonçons à l’illumination et nous nous séparons, un peu gênés, en nous souhaitant un bon voyage. Impermanence, impermanence.

    Indo3-138

    Dans des lieux comme ceux-là, j’ai l’impression de ne passer qu’à la surface des choses, de glisser vite sur une autre culture, d’être dans une bulle se mouvant dans une autre atmosphère.

    On voit surtout des lieux, peu des humains en somme. Vraiment je veux dire. C’est souvent une réalité comme l’est le fait que le touriste n’est vu que comme un portefeuille sur patte. Tout est fait pour nous amener à dépenser, les sourires comme les questions plus personnelles. Les ficelles sont parfois d’ailleurs un peu grosses ! On peut devenir parano, du moins méfiant, voire limite agressif. On évite de se mettre à leur place, plus facile.

    Indo3-163

    Le tourisme c’est une industrie, du commerce, des gens en vivent, de plus en plus. Le tourisme s’élargit, aussi les adeptes du voyage recherchent toujours plus loin ces zones peu connues ou fréquentées par leurs semblables.

    Pour ma part, plus que les lieux, c’est la magie des moments que je recherche. Et celle-ci existe même dans des endroits “touristiques” comme Hội An. Des moments, des échanges désintéressés, des rires, ces instants qui font la moelle du voyage se trouvent pour peu qu’on prenne son temps. J’aime voyager lentement, c’est un luxe.

    Indo3-103

    Peut-être serais-je un peu frustré de passer vite dans ces pays comme le font les adeptes des tours du monde qui “font” une vingtaine de pays en quelques mois.

    Faites tourner sur les réseaux !

    • Facebook
    • Twitter
    • Pinterest

    Voyager à trois ? Voyage au bout de l’enfer !

    Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

    Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

    Le voyage en mode trio, une erreur à éviter absolument ? Nombreux sont ceux qui en sont revenus…

    Pour certains, cela évoque même des mauvais souvenirs. Promis, juré, ils ne le referont pas. Mais que s’est-il passé ?

    vols

    Le trio ou le chaos

    Naïma a une bonne expérience du voyage à trois. Ces dernières années, elle est souvent partie à l’étranger de la sorte. A chaque fois, ce fut des clashs ou pas loin du tout.

    Le plus mémorable fut son voyage sur la route 66 il y a quelques années. Elle est partie avec sa meilleure amie et un ami à elle. Une erreur classique dans ce cas (voir ci-dessous).

    Alors, que s’est-il passé ?

    Dès le premier jour, au départ de Chicago, l’ambiance s’est dégradée. Dans les jours qui ont suivi, la tension est allée crescendo, elle fut quotidienne jusqu’à la dispute finale deux jours avant le départ. La proximité, la fatigue du voyage et l’incompatibilité de caractère ont fait craquer Naïma.

    Sarah a aussi été passablement traumatisée par un récent voyage à trois. C’était de la folie, c’est le cas de le dire ici. Les 3 semaines au Sénégal ont été pesantes. Partie avec deux collègues devenus ses amis pendant l’année écoulée, l’enthousiasme était là dès les premiers jours.

    Puis, l’ambiance s’est assombrie lorsque Sarah et son amie Sandrine ont pris conscience des problèmes psychologiques de Stéphane. Elles ne le reconnaissaient plus : incohérence, agressivité, antipathie… Elle et Sandrine ont eu assez peur de lui (et pour lui) et ont décidé de prendre de la distance sur la fin du voyage.

    » On ne m’y reprendra plus «  affirme-t-elle. D’ailleurs, pour son prochain voyage à Cuba, elle part… à deux avec sa meilleure amie.

    De même, Amandine n’a pas un bon souvenir du seul voyage où elle est partie à trois. Obligée de jouer la médiatrice tout au long du voyage, l’expérience l’a vaccinée. «  Il y en a toujours un qui se sent de trop, à tort ou à raison… donc pas facile de vivre un voyage de façon harmonieuse. »

    Alors, impair rime-t-il avec galère ?

    Oui, mais tout de même.

    Voyager à trois ne présente-t-il donc que des inconvénients ?

    Le gros avantage, il me semble, est qu’être à trois permet à chacun de vivre ses moments nécessaires de solitude. Il peut alors le faire facilement sans gêner l’autre car celui-ci ne se retrouve alors pas seul.

    D’autre part, durant un roadtrip en voiture, c’est pratique de se relayer au volant. A trois, c’est moins de fatigue.

    Et puis, surtout, vous pouvez diviser les frais du voyage : location de voiture, hôtel, activités…

     voyage-trois

     

    Ce qu’il ne faut pas faire ou comment réduire les risques de clash

    Honnir le voyage à trois serait peut-être exagéré (quoi que… )

    Ok, mais dans ce cas, il y a quelques conseils à appliquer pour réduire le risque de chaos :

    • ne partez pas avec un inconnu. Ce n’est pas parce que c’est l’ami de votre ami que vous allez vous entendre. C’est loin d’être automatique, tout le monde l’a vérifié.
    • Vous avez un fort caractère tous les trois ? Cela augmente considérablement le risque de disputes…
    • Partagez vous les rôles afin que chacun participe au voyage et ne se sente pas à l’écart. Faite cela en fonction des goûts et des points forts de chacun. Exemple : l’un va proposer les visites et l’itinéraire, l’autre va s’occuper des réservations etc.
    • Faites en sorte que chacun ait sa place dans les échanges avec la population. Voilà qui n’est pas facile.
    • Faites preuve de compréhension et de patience.
    • Acceptez l’idée que chacun puisse avoir ses propres envies.

    Mon expérience

    Personnellement, je n’ai voyagé à trois qu’une fois. C’était en 2014 en Islande. J’y suis allé dans le but de faire 2 semaines de randonnées avec un ami et une amie.

    IMG_7998 (1)

    Globalement, cela s’est très bien passé surtout si vous tenez compte du fait que ce voyage était roots, physique et fatiguant, ce qui est un bon terreau à d’éventuelles prises de tête.

    S’en sortir sans disputes, c’est je pense une bonne performance. Ok, il y avait certes parfois des petites tensions en fin de journée avec l’accumulation de la fatigue, mais vraiment rien de grave.

    Et vous qu’en pensez-vous ?

    Des mauvaises expériences aussi ? 

    Faites tourner sur les réseaux !

    • Facebook
    • Twitter
    • Pinterest

    Hoi Han, sur la route Mandarine.

    Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

    Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

    • partages

      De Nha Trang à Hoi Han, la route Mandarine est un must du Vietnam. Retour sur un de mes meilleurs moments au Vietnam.

      Indo3-092

      Nha Trang

      Courte halte à Nha Trang, station balnéaire sur la Mer de Chine. Cette grande ville est visiblement en proie à la bétonisation de son rivage, de grandes tours se dressent dont un Hilton en passe d’être ouvert. Il faut dire que c’est la seule ville du Vietnam implantée à même le littoral.

      Abritée entre les montagnes et le large, le climat est ici réputé pour son ensoleillement et sa chaleur toujours supportable. En effet, le long de ses belles plages de sable fin, une petite brise bien agréable souffle. A mon avis, les récents troubles en Thaïlande vont profiter au tourisme vietnamien en expansion.

      moremore

      Pour en savoir plus :

      Depuis le début du blog, en 2010, je publie régulièrement la série « Flash Back ». Ces texte et photos sont tirés de mes anciens carnets de voyage. Il y a peu, je vous racontais mon trip à dans le nord du Laos

      La route numéro 1 est la véritable épine dorsale du pays. Cette route, baptisée route Mandarine par les Français au XIXe siècle, construite par les Empereurs jadis, relie sur 1700km le Delta du Mékong aux confins des frontières nord du pays.

      Indo3-108

      Hoi An

      Hoi An est desservie par cet axe. Epargné par la guerre, ce petit port, classé par l’UNESCO a vraiment du charme. Je découvre une petite ville qui par ses maisons coloniales très bien conservées et ses quelques maisons en bois de plusieurs siècles me rapproche d’un lointain passé.

      Indo3-095

      Au marché, une armée de chapeaux coniques semble danser entre les allées. L’odorat aussi est sollicité par les effluves se dégageant des étals des marchandes.

      Les hommes eux, sont au café et jouent aux dominos ou aux échecs chinoises (je n’ai pas encore compris les règles). Le centre touristique avec ses nombreuses maisons de caractère se visite à pied.

      Indo3-111

      Je suis en train de me réconcilier avec le Vietnam. Les présentations ont été un peu difficiles au début mais là avec le temps et un peu de communication, on est en train de dépasser les blocages. Il suffit aussi de s’écarter des pôles touristiques. Pas nécessaire d’aller très loin en somme.

      Indo3-140

      Une balade en vélo dans la campagne environnante autour d’Hoi An suffit pour vivre des rencontres sympas et voir fleurir les sourires.

      Le paysage est d’un vert éblouissant. C’est le début de la récolte du riz et peu à peu les rizières sont fauchées. Je longe le port de pèche d’un village, jouant avec des enfants, ces êtres encore pas trop formatés par la société.

      Indo3-145

      J’aide une étudiante à élaborer son questionnaire portant sur l’étude du tourisme local, je bois du whisky tord boyau avec un vietnamien déjà très avancé sur le chemin de l’hébétude. Il ne parle pas un mot d’anglais, heureusement une vieille dame nous est d’un grand secours en arbitrant nos échanges de quelques crachats envoyés sur le sol.

      Il n’est pas rare de voir des parties de badminton sur les places publiques. Les Vietnamiens en sont friands et l’envie me prend à chaque fois de tâter du volant.

      Indo3-158

      De retour à Hoi An, en face du pont japonais, assis aux cotés de vieilles vendeuses aux visages aussi ridés que du vieux parchemin, un quadragénaire blanc à vélo me dévisage. Je le salue d’un air mi amusé mi interrogatif. “ Excusez moi, mais c’est fou vous avez le même regard, les mêmes yeux que mon père lorsqu’il était jeune, vraiment” me déclare-t-il. Bigre mais c’est qu’il a l’air véritablement ému. “Mon père est mort il y a vingt ans” ajoute le voyageur allemand. Croit-il en la réincarnation?

      Impermanence

      Je croise dans un cyber-café d’Hoi An une routarde. Je sais, c’est incroyable ce que nous réserve la vie. Sauf que son visage me dit quelque chose. C’est réciproque visiblement.

      Après un court instant, on se pose mutuellement la question. Où ? Quand ? Dans quelles circonstances ? Diantre, impossible de s’en rappeler ! Je refuse de sortir du lieu sans retrouver la mémoire. C’est énervant cette sensation, vous devez savoir de quoi je parle. Je n’arrive pas à situer cette dynamique brune à l’accent germanique dans mon voyage. Cambodge, Thaïlande -?…Elle aussi est perdue dans la brume de son esprit. J’en conclus que je n’ai pas du la marquer beaucoup…Rectification, elle ne m’a pas marqué.

      Finalement, nous renonçons à l’illumination et nous nous séparons, un peu gênés, en nous souhaitant un bon voyage. Impermanence, impermanence.

      Indo3-138

      Dans des lieux comme ceux-là, j’ai l’impression de ne passer qu’à la surface des choses, de glisser vite sur une autre culture, d’être dans une bulle se mouvant dans une autre atmosphère.

      On voit surtout des lieux, peu des humains en somme. Vraiment je veux dire. C’est souvent une réalité comme l’est le fait que le touriste n’est vu que comme un portefeuille sur patte. Tout est fait pour nous amener à dépenser, les sourires comme les questions plus personnelles. Les ficelles sont parfois d’ailleurs un peu grosses ! On peut devenir parano, du moins méfiant, voire limite agressif. On évite de se mettre à leur place, plus facile.

      Indo3-163

      Le tourisme c’est une industrie, du commerce, des gens en vivent, de plus en plus. Le tourisme s’élargit, aussi les adeptes du voyage recherchent toujours plus loin ces zones peu connues ou fréquentées par leurs semblables.

      Pour ma part, plus que les lieux, c’est la magie des moments que je recherche. Et celle-ci existe même dans des endroits “touristiques” comme Hoi An. Des moments, des échanges désintéressés, des rires, ces instants qui font la moelle du voyage se trouvent pour peu qu’on prenne son temps. J’aime voyager lentement, c’est un luxe.

      Indo3-103

      Peut-être serais-je un peu frustré de passer vite dans ces pays comme le font les adeptes des tours du monde qui “font” une vingtaine de pays en quelques mois.

      Faites tourner sur les réseaux !

      • Facebook
      • Twitter
      • Pinterest

      IVCAST 29 : L’Amazonie et l’expérience de l’ayahuasca

      Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

      Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

      Lors d’un tour du monde, Nicolas a voyagé en Amazonie pendant plusieurs semaines. Il nous raconte la descente de ce fleuve mythique ainsi que son expérience de l’ayahuasca dans une communauté indigène. 

      voyage amazonie

      Ecouter cet épisode :

      1.Tout de suite sur le blog avec le lecteur ci-dessous, facile:

      2. Ecouter cet épisode et les prochains sur la plateforme iTunes en t’abonnant au podcast sur iTunes.

      Pour une écoute sur les smartphones et les tablettes Apple, utilises une application comme Stitcher ou Podcasts.

      3. Ecouter cet épisode et les prochains sur les smartphones et tablettes Android grâce à une application comme Stitcher ou Podcast Addict. Ajoute le flux du podcast dans ta play list. Ou cherche Instinct Voyageur !

      4. Ou télécharger le podcast en mp3 (clic droit-enregistrer sous ) 

       

      Un podcast c’est quoi ? Comment écouter l’écouter ?

      Tout est expliqué ici !

      A propos de cet épisode :

      Nicolas

       amazonie

      Mots clefs du podcast:

      Ayahuasca – Voyage alternatif – Voyage en Amérique du Sud – Amazonie – Voyage en bateau

      Ce que vous allez découvrir dans cet épisode :

      – Pourquoi cette descente de l’Amazone

      – Comment s’est passé le voyage : le trajet sur des bateaux locaux

      – Le trajet, du Pérou au Brésil

      – La durée du voyage, le prix, les conditions de transport

      – Comment séjourner dans les communautés indigènes le long du fleuve

      – Son séjour dans un village indigéne

      – Comment se passe une cérémonie d’Ayahuasca

      – L’objectif de l’Ayahuasca et ses bienfaits

      – Comment trouver son chamane

      – Le livre de Nicolas

      – Traveler on stage, c’est quoi ?


      amazonie

      amazonie fleuve

      Liens en rapport avec l’épisode :

      Le blog de Nicolas. 

      – Le livre de Nicolas « Hors des sentiers battus ». 

      – Traveler on stage.

      COUV-212x300

      Merci d’avoir écouté !

      Vous souhaitez écouter les prochains podcasts du blog ?

      Pour cela, il suffit de souscrire au podcast sur Itunes.

      Si sous avez aimé ce podcast, je vous serais vraiment reconnaissant si vous pouviez laisser un commentaire sur iTunes, comme celui-ci :

      podavis3

      Laissez votre avis sur iTunes

      Les avis sur iTunes sont très importants pour avoir de la visibilité et donc, que ce projet de podcast continue dans la durée. Merci !

      Les autres épisodes du podcast voyage ici.

      Vous avez une question ?

      Posez-moi une question de vive voix pour un prochain IVCAST !

      Faites tourner sur les réseaux !

      • Facebook
      • Twitter
      • Pinterest

      Apprenez les langues en vous faisant des amis !

      Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

      Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

      Apprenez les langues sans étudier, en discutant en direct avec le monde entier ! Avec des personnes que vous pourrez rencontrer une fois en voyage.

      C’est ce que propose Hello Pal. Avouez que c’est alléchant non ?

      Les applications pour apprendre les langues sont légions. En voici une qui propose une approche originale.

      En effet, il ne s’agit pas ici d’une méthode pour apprendre une langue à base de dialogues et d’exercices.

      Non, ici, vous apprenez les langues en parlant réellement avec des vraies personnes, des natifs habitants aux quatre coins du monde.

      Bref, c’est un peu comme en voyage, sauf que vous pouvez le faire de votre canapé ou du métro en allant au boulot le matin.

      De plus, autre gros avantage, vous n’échangez pas seulement par l’écrit. Non, vous parlez de vive voix, un vrai plus pour l’accent.

      J’ai utilisé Hello Pal pendant deux semaines. En juin prochain, je vais voyager au Portugal, aussi, je souhaitais apprendre quelques mots de portugais.

      profil

      Voici un retour d’expérience sur cette appli.

       

      Le principe d’Hello Pal

      La première chose à faire, c’est trouver un partenaire (voir plus bas).

      Ensuite, à la manière d’un chat, vous engager la conversation, que la personne soit en ligne ou pas.

      Un guide de conversation est intégré dans le système de messagerie instantanée.

      Vous avez deux options pour échanger :

      • du texte. Vous choisissez des phrases qui sont personnalisables.
      • de l’audio. Vous écoutez l’enregistrement audio, puis vous essayez de répéter. Vous validez ensuite le message si vous êtes satisfait. Sinon, vous recommencez !

      Le but, bien sûr, c’est de ne pas répéter bêtement. Il faut comprendre. C’est pour cela que chaque phrase est accompagnée de sa traduction littérale, avec parfois des commentaires sur son emploi.

      En outre, l’appli intègre un système de traduction. Vous pouvez traduire automatiquement tout ce que vous souhaitez dire.

      hellopal-appli-langue

      Hello Pal propose aussi une option miroir qui vous permet de pratiquer sans la présence d’un partenaire.

      Enfin, l’un des gros points forts de l’appli, c’est le nombre de langues que vous pouvez apprendre. Les utilisateurs de Hello Pal sont présents dans la plupart des pays du monde. Du coup, le choix est vaste. J’ai compté près de 100 langues !

      Il faut tout de même préciser que cela, c’est de la théorie. En effet, pour certaines langues peu parlées, le choix sera beaucoup moins vaste, et donc, cela ne sera pas forcément évident de trouver des partenaires.

      Encore que…Pour l’Arménien par exemple, j’ai compté plus de 200 partenaires…

      Idem pour le Kazak…Etonnant.

      Bref, c’est complet.

       

      Trouvez des partenaires linguistiques

      Le moteur internet est très simple.

      Plusieurs filtres permettent de trouver les partenaires :

      • le sexe
      • la langue que vous souhaitez apprendre
      • les langues apprises
      • la nationalité
      • l’emplacement actuel.
      • L’âge

      Si vous avez déjà échangé avec un membre, vous pouvez le retrouver par son nom ou son identifiant.

      application hello pal

      Le moteur de recherche

      Chaque profil de membres contient quelques infos  comme l’âge, les langues parlées, celle que le membre souhaite apprendre…et, étrangement, son signe zodiaque. Peut-être le créateur de l’appli est-il un féru d’astrologie…

      Plusieurs photos peuvent aussi être ajouté au profil.

      Bon, entre nous, il y a certains profils qui font penser à ceux que l’ont peut trouver sur un site de rencontres.

      Il ne faut pas le cacher, l’appli peut être un bon moyen pour faire des rencontres qui dépassent le cadre linguistique. Vous remarquerez que j’ai évité un jeu de mot très facile.

      Après deux semaines, les membres qui m’ont contacté sont tous de sexe féminin, pas l’ombre d’un homme. Ce qui n’est pas pour me déplaire, je vous l’avoue.

       

      Rencontres

      Comme je vous le disais, le gros plus c’est de pouvoir rencontrer les personnes avec qui vous avez échangé ensuite, en voyage ou près de chez vous si celles-ci viennent vous rendre visite.

      Si vous êtes en voyage, le filtre emplacement actuel permet de communiquer directement avec des locaux.

      Ce filtre gagnerait a être plus précis grâce à la géolocalisation. Par exemple, l’appli pourrait offrir la possibilité de choisir des partenaires dans un rayon de 100 kilomètres par exemple.

      application langue

      Bilan

      Le gros avantage de cette application, c’est que vous n’avez pas l’impression d’apprendre. Vous apprenez des langues sans vous en rendre compte et rapidement.

      Mais pour cela, tout réside dans votre motivation, mais aussi dans la motivation de votre partenaire pour continuer la conversation. Il vous être assidu pour répondre rapidement et entretenir la conversation.

      Sinon, vous allez recommencer chaque fois avec un nouveau partenaire et au final avec les mêmes questions et échanges dans un premier temps. « Tu habites où ? », « Tu fais quoi dans la vie ? »… etc. Du coup, vous n’allez pas forcément progresser rapidement.

      Bref, d’après moi, la clef du succès dans cette appli, c’est de trouver les bons partenaires. Il vaut mieux en effet en avoir plusieurs sous le coude.

      En deux semaines, j’ai en tout cas appris plusieurs phrases et expressions en portugais, encore une fois, sans avoir eu l’impression d’apprendre.

       

      moremore

      Pour en savoir plus :

      Hello Pal est une application gratuite disponible sur IOS et Android. Téléchargez l’appli et testez tout de suite sur le site Hello Pal.  

      Ce que j’ai beaucoup aimé :

      • C’est du vivant, du social. Vous apprenez les langues avec des vraies personnes. C’est forcément un gros plus.
      • Des personnes que vous pouvez ensuite rencontrer sur place pourquoi pas !
      • Le choix des langues important.
      • Les guides de conversation à télécharger
      • L’appli est gratuite
      • Vous parlez de vive voix
      • Le système de traduction intégrée.
      • Rapide : vous apprenez déjà quelques notions dés les premières minutes.

      Ce que j’ai moins aimé :

      • La navigation n’est pas forcément simple. Cela vient du fait que l’appli propose beaucoup de choses.
      • Entretenir une conversation suivie n’est pas facile. La conversation est assez haché et cela demande du temps.
      • L’appli ne propose pas de méthode pas à pas pour apprendre une langue. Ceux qui sont attachés à ce système resteront donc sur leur faim. Il faut dire que pédagogiquement, ce genre de méthode a ses avantages et a fait ses preuves.

      Je vous encourage vivement à tester cette application. Elle peut être tout à fait complémentaire à une application plus traditionnelle pour apprendre les langues.

       

      Certains d’entre vous ont déjà testé cette appli ? Un retour ?

      part11 (2)

      Faites tourner sur les réseaux !

      Gatteo Mare, perle de l’Adriatique

      Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

      Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

      La côte Adriatique italienne regorge de petites merveilles. Une des plus belles côtes d’Europe du Sud. Gatteo Mare est un port pas très connue mais plein de charmes.

      Gatteo Mare est située au nord dans la très prisée station balnéaire de Rimini et au sud de Cesenatico. C’est en effet, unecommune Italiennede la région Emilie-Romagne.

      Gatteo est le lieu de villégiature par excellence pour tous ceux qui aiment la découverte, le divertissement ou tout simplement se détendre en toute sérénité sur des plages propres et aménagées.

      Histoire de Gatteo Mare

      De nombreuses découvertes archéologiques (statues, métaux, …) recensées dans la zone démontrent que Gatteo fut une colonie romaine construite à proximité de l’ancienne « Compitum » (De nos jours appelé : San Giovanni in Compito).

      Les historiens rapportent que le pape Nicolas V aurait confèré le territoire de Gatteo aux comtes Guidi di Bagno, et c’est au huitième mois de la même année que les bornes territoriales entre la ville de Cesena et de Gatteo furent établies. Rallié par la suite au Royaume d’Italie, Gatteo deviendra le 30 mars 1860 une commune autonome par décret.

      gatteo mare

      Géographie

      Cerné par plusieurs communes (Gambettola, San Mauro Pascoli, Cesenatico), la ville de Gatteo est située à une altitude de vingt mètres sur une plaine entourée par les fleuves Rubicon et Rigossa. La commune est accessible par 3 voies de communication :

      • La voie ferrée Bologne-Ancône
      • La route nationale SS9
      • L’autoroute A14 d’Italie

      Gatteo avoisine les grandes villes telles que : Rimini à dix-huit kilomètres, Cesena à quatorze kilomètres, cesenatico à douze kilomètres.

      18024067816_70289bceab_b

      Les principales attractions de Gatteo Mare

      ORATORIO DI SAN ROCCO : consacré en 1484, l’église Oratoire ou cabane de San Rocco regorge de nombreuses fresques votives datant du 13e siècle. St Rocco, St Sébastien, St Christophe, sont là quelques figures que vous aurez à apprécier dans ces fresques.

      CHIESA DI SAN LORENZO MARTIRE : cette église voit le jour en 1290 et devient église paroissiale en 1541. L’édifice a abrité au fil du temps les dépouilles de plusieurs membres de la famille du marquis Ferdinando Guidi di Bagno et lui-même. Le 10 août de chaque année, l’église célèbre le Festival San Lorenzo patron de Gatteo.

      Gatteo Mare

      GIARDINO PUBBLICO – GATTEO A MARE (VIA LEONCAVALLO) : ce magnifique jardin public est un lieu idéal pour le recueillement. Le parc regorge plusieurs espèces d’arbres, une partie centrale équipée de jeux, des bancs et tables publics. Le parc est desservi par une place de parking le long de Via Leoncavallo.

      Noleggio Pedalo – zona 11 : c’est une des plages les plus sollicitées de Gatteo. Son sable fin, la sécurité et l’animation font de ce lieu un véritable paradis. Par ailleurs, on peut s’y rendre pour pratiquer du sport. Pour se faire, l’accès n’est pas gratuit, sauf pour les clients de Bagno Lisa 11 (Hôtel). A la saison estivale, il faut débourser la somme de 10 euros pour 1 heure et 6 euros pour une demi-heure.

      BAGNO FERNANDO : situé dans la Zona Splaggla, la Bagno Fernando est un espace de divertissement très singulier. Après une bonne baignade en mer, les visiteurs peuvent se détendre en salle de télévision, à la bibliothèque, tennis de table, jeux pour enfant … Toutes ces activités sont bien attendues payant !!

      Gatteo_mare

      CENTRO CULTURALE ‘GLI ANTONELLI’ : le centre culturel « Gli Antonelli » est destiné aux amateurs des arts. Des expositions, des projections cinématographiques, des conférences, concert de musique y sont régulièrement présentés. La salle a une capacité de 30 places. Elle abrite une école de musique et une bibliothèque.

      Gatteo_001

      SALA GIOCHI CAESAR PALACE : les inconditionnels du casino peuvent se rendre à la salle de jeux Caesar Palace, située dans le quartier Viale Giulio. 0.50 euro suffit pour se procurer un jeton ! En tarif réduit, 12 jetons vous reviendront à 5 euros.

      12768388_10153894983064754_6715391925930308990_o

      Dans la région de Gatteo Mare

      Vous pouvez également faire plusieurs road trip à l’intérieur des terres :

      Vallée del Savio. Une journée pour visiter Sarsina, chargée d’histoire, les stations thermales de Bagno di Romanio et San Piero in Bagno ou encore Verghereto.

      Vallée del Montane e del Tramazzo. Villes thermales, forteresses et villages médiévaux au programme.

      Les parcs d’attractions près de Gatteo Mare

      Vous trouverez plusieurs parcs d’attractions sur la côte adriatique, non loin de Gatteo Mare.

      Mirabilandia

      C’est le plus grand parc à thème italien en terme de superficie. Il se situe sur la commune de Ravenne.

      Ouvert d’avril à octobre, il accueille chaque année plus de 2 millions de visiteurs !

      Le parc est divisé en plusieurs zones et offre des attractions majeurs, ne le ratez pas si vous êtes friand de ce genre d’activités.

      Italia in Miniatura

      Crée en 1970 sur la commune de Rimini, ce parc propose 253 miniatures des plus célèbres monuments, palais et églises italiennes. Le parc connaît un succès croissant.

      220090209_9f8f742e6b_o

      Aquafan

      Un des plus importants parcs aquatiques d’Italie. Situé à Riccione, le parc invite chaque été des DJ internationaux pour d’immenses soirées mousse.

      Le safari park de Ravenne

      Sur 340 000 mètre carrés, vous pourrez observer à loisir une grande variété d’espèces animales, et cela de votre voiture ou d’un train !

      Oltremare

      Voici un parc à thème sur le monde animal, et notamment le monde marin. Ce parc couvre 110 000 m2, de quoi vous en mettre plein la vue !

      Et vous, connaissez-vous ce lieu ?

      • Plus d’infos sur ce site.
      • Pour les hôtels, le choix est vaste à Gatteo Mare. Vous pouvez tenter les hôtels Gobbi Hotels qui disposent de plusieurs établissements dans la région. Ces hôtels proposent de nombreuses activités et une plage privée.
      • Plusieurs lignes de bus permettent d’arriver à Gatteo Mare, de Milan, Bologne…

      Faites tourner sur les réseaux !

      IVCAST 28 : Voyager en Afrique à vélo !

      Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

      Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

      Philippe a traversé l’Afrique vélo et en solo pendant de longs mois. Il revient sur son voyage, un défi physique et une aventure  humaine avant tout. 

      velo-afrique

      Ecouter cet épisode :

      1.Tout de suite sur le blog avec le lecteur ci-dessous, facile:

      2. Ecouter cet épisode et les prochains sur la plateforme iTunes en t’abonnant au podcast sur iTunes.

      Pour une écoute sur les smartphones et les tablettes Apple, utilises une application comme Stitcher ou Podcasts.

      3. Ecouter cet épisode et les prochains sur les smartphones et tablettes Android grâce à une application comme Stitcher ou Podcast Addict. Ajoute le flux du podcast dans ta play list. Ou cherche Instinct Voyageur !

      4. Ou télécharger le podcast en mp3 (clic droit-enregistrer sous ) 

       

      Un podcast c’est quoi ? Comment écouter l’écouter ?

      Tout est expliqué ici !

      A propos de cet épisode :

      J’ai rencontré Philippe en mars dernier suite au Paris Travelers Festival. Philippe a réalisé en 2013 un périple d’un an en vélo à travers l’Afrique.

      Pour le podcast du blog, il revient sur ce voyage fondateur : la préparation, ses plus beaux souvenirs et sports etc.

       voyage à vélo

      afrique carte

      Les pays traversés par Philippe

      Mots clefs du podcast:

      Voyage à vélo – Voyage alternatif – Voyage en Afrique

      Ce que vous allez découvrir dans cet épisode :

      – Pourquoi ce voyage à vélo à ce moment de sa vie.

      – Sa préparation physique

      – Son budget.

      – Les plus beaux spots de son voyage

      – Le matériel pour ce voyage

      – Le vélo qu’il a choisi pour ce voyage, et pourquoi.

      – Pourquoi voyager à vélo en Afrique n’est pas aussi difficile que cela.

      – Comment construire son parcours pour un voyage à vélo en Afrique.

      – La gestion du sommeil et de l’énergie : la clef.

      – Ce qu’il a retenu de ce voyage.


      afrique vélo

      Liens en rapport avec l’épisode :

      Le blog de Philippe. 

      Une des vidéos de Philippe sur son voyage :

      Merci d’avoir écouté !

      Vous souhaitez écouter les prochains podcasts du blog ?

      Pour cela, il suffit de souscrire au podcast sur Itunes.

      Si sous avez aimé ce podcast, je vous serais vraiment reconnaissant si vous pouviez laisser un commentaire sur iTunes, comme celui-ci :

      podavis3

      Laissez votre avis sur iTunes

      Les avis sur iTunes sont très importants pour avoir de la visibilité et donc, que ce projet de podcast continue dans la durée. Merci !

      Les autres épisodes du podcast voyage ici.

      Vous avez une question ?

      Posez-moi une question de vive voix pour un prochain IVCAST !

      Faites tourner sur les réseaux !

      • Facebook
      • Twitter
      • Pinterest

      LIVE USA 🇺🇸 Road trip dans le Colorado — Carnet de route

      La suite de notre road trip dans l’Ouest américain ! On a commencé par l’Arizona ! Un voyage de dingue ! Si vous l’avez manqué, n’hésitez pas à aller voir, entre les cactus géants, les ranchs, la route 66, Grand Canyon, Monument Valley,… On en a pris plein les yeux et on espère avoir partagé tout ça au maximum ! C’est ici, les jours 1 à 9 du road trip en Arizona !

      Cette fois-ci on vous raconte le Colorado ! Changement d’ambiance !! Les sublimes montagnes, les petites villes minières, les magnifiques routes qui serpentent !! Haaaa les Rocheuses 💙⚡

      Road trip aux USA : les basiques

      Si vous cherchez à organiser un road trip aux États-Unis, je vous invite tout d’abord à lire notre grand guide complet : Road trip aux USA, mode d’emploi ! Vous y trouverez toutes les infos pour louer une voiture, s’organiser au jour le jour, le budget, le code la route, où dormir/manger, les parcs…

      On peut trouver des billets Paris – Los Angeles pour 580€ A/R. J’en ai même vu à 420€ une fois mais c’est plus rare (8 mois avant le départ). Si vous êtes souple sur vos dates et que vous vous y prenez tôt, vous aurez les meilleurs prix ! (Checkez aussi les vols pour San Francisco, selon votre itinéraire.)

      Et pour les routes du Colorado, regardez bien celles qui sont ouvertes / fermées, car ici, la neige peut être présente jusqu’en mai ! Les routes les plus montagneuses, les cols les plus hauts, sont alors fermés. C’est le cas de l’Independance Pass, de la Trail Ridge Road… Rendez-vous ici pour checker l’état des routes !

      (Jour 1 à 9) Road trip en Arizona !

      Pour le début du road trip, c’est par ici et c’est dans l’Arizona ! 🌵

      (Jour 10) Sur les routes du Colorado

      On part du Nouveau Mexique vers le Nord. Dès les premiers kilomètres dans le Colorado, vers Durango, on sent l’ambiance changer radicalement, et pour cause : ils se met même à neiger !! (et là on se dit qu’on est un peu sous-équipés :o).

      De Farmington (Nouveau-Mexique) à Pagosa Springs (Colorado), on oscille entre grandes routes et petites routes de montagne enneigées.

      Ce soir, on dort dans un Ranch de bisons au pied des Great Sand Dunes ! Rien que ça !!

      On arrive donc après plus de 4h de route tout près du Great Sand Dunes National Park, on le dépasse un peu, sur la droite à 10 minutes : on découvre le Zapata Ranch, tout en rondins de bois sous les arbres ! Un rêve, une image d’Épinal du Colorado. On vous montre les images demain, le temps de dormir un peu parce que la route a été longue ! On a une jolie chambre tout en bois, avec vue sur la forêt.

      Road trip Colorado, sur la route

      Road trip Colorado - De Farmington aux Great Sand Dunes

      De Farmington aux Great Sand Dunes (afficher l’itinéraire dans Google Maps)

      (Jour 11) Un ranch de bisons dans les Great Sand Dunes

      Ce matin, lorsqu’on se réveille au Ranch, tout est blanc !! Le soleil diffuse à travers les nuages une lumière assez irréelle… Par la fenêtre de notre chambre, on est à peine réveillés et déjà en train de sourire devant le spectacle.

      Mais je voudrais d’abord vous montrer ce qui nous a attirés de prime abord ici.

      Il y a deux ans lors de notre premier road trip (3 mois de Boston à LA !), nous étions tombés en plein “shutdown”, c’est un dysfonctionnement du gouvernement fédéral : les budgets ne sont pas validés, et donc tous les fonctionnaires sont au chômage technique… dont les Rangers des National Parks >> ils sont donc tous fermés ! Ô rage ! Ô désespoir ! On était arrivés comme des fleurs devant le parc et obligés de faire demi-tour. Affreux.

      Alors disons que nous avions une revanche à prendre sur ce parc :)

      Et bien… Quelle revanche ! Car nous avons eu la chance de le voir sous la neige, et c’était quelque chose… Imaginez des dunes à perte de vue, relevées de neige sur les crêtes, avec de belles montagnes en fond. Les plus hautes d’Amérique du Nord (210 mètres pour la plus haute) !

      Le parc n’est pas grand, surtout si on n’a pas de 4×4 (une route “primitive” n’est accessible qu’aux 4 roues motrices). Sinon l’idée ici c’est de grimper à pied sur les dunes. Alors on s’amuse, on s’essouffle (il est difficile de grimper sur le sable !), on se mouille les pieds, on rigole bien. Il n’y pas tellement de monde en plus, ce n’est pas la haute saison ici au Colorado, qui est entre deux périodes (neige/été).

      Alors, on a les dunes quasiment pour nous 💙

      Note : C’est un National Park mais cette semaine l’entrée est gratuite (c’est la “National Park Week”, ils fêtent leur 100 ans).

      Et voici où nous sommes installés, au Zapata Ranch ! Il s’agit d’un ranch de bisons en activité, autrement dit un élevage de bisons. Ils sont en semi-liberté. C’est-à-dire qu’ils ne s’en occupent quasiment pas, à part une fois par an pour le « round up » qui consiste à les compter, les vacciner, checker les naissances à venir,… Pour cela ils ont une grange spéciale avec les installations qui vont bien où ils font passer les bisons. On visite tout ça avec Jesse, c’est intéressant à voir !

      Il y a quelques bisons dans un enclos, qui ont été achetés pour une propriété. Les autres, on les voit de loin, sur les terres du ranch, avec les grandes dunes de sables comme décor ! Superbe.

      Lorsqu’on séjourne au ranch, on peut participer au travaux quotidiens, bouger les troupeaux, construire les barrières… Le fameux « roundup » doit être quelque chose à voir ! On peut aussi bien sûr faire du cheval dans les dunes ! Beaucoup de vie sauvage sur ces terres, que l’on peut observer, photographier, hiboux, serpents, coyotes, antilopes…

      Le ranch fait partie du programme « Nature Conservancy », ils ont un naturaliste avec qui on peut faire des balades, un photographe pour des workshops, vous pouvez aussi pêcher. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez voir toutes les activités ici !


      Une belle adresse. Demain, on prend la route vers le Nord !

      Bon dimanche !!

      (Jour 12) La très cool Denver !

      Ce matin, nous quittons notre beau ranch avec nos petits lunchs préparés par Julia :) Direction Denver today ! Il y a pas mal de route, dans les 4 heures, et la route n’est pas spécialement belle, puisque pour une fois on va faire efficace, c’est à dire prendre l’Interstate (le nom des autoroutes aux US).

      Il y a quand même Garden of the Gods sur notre route, à Colorado Springs. C’est un petit parc avec de beaux rochers rouges relevés. Il ne nous laisse pas un souvenir impérissable mais sympa à visiter si vous passez par là (d’autant que c’est gratuit). C’est hyper bien aménagé comme souvent aux US (on aimerait parfois justement un peu plus de « wild »), des parkings numérotés, des voies goudronnées pour les piétons, des toilettes, etc.

      Mais allez, notre but du jour, c’est bien la grande ville du Colorado : Denver !

      Honnêtement, on n’avait pas la moindre idée de ce qu’on allait y trouver. Certaines villes américaines se ressemblent ou sont sans charme particulier…

      On arrive en fin d’après-midi dans le downtown, check-in au Curtis Hotel ! Très sympa !! J’aime bien la déco, et il est très bien placé dans le downtown, à quelques “blocs” (hé oui c’est comme ça qu’on dit :)) seulement du quartier le plus cool de Denver : j’ai nommé le Lower Downtown, alias le “LoDo” pour les intimes !

      Et c’est en se baladant à pied dans ce quartier qu’on se prend une petite claque. C’est bien cool ce quartier dites donc !! On ne s’y attendait pas !

      Des murs en briques, des fresques cools, des petits cafés, des bars,… Oh la la mais c’est trop bien !! Un bar qu’on peut vous conseiller : le Williams and Graham (3160 Tejon St, Denver), un bar caché derrière une façade de librairie 😉 Denver a aussi de nombreuses micro-brasseries pour les amateurs de bières !

      Et le clou du spectacle, c’est la gare, Union Station ! C’est une gare historique (1881) en activité, avec les trains qui vont qui viennent… Entièrement rénovée, et habitée de bars (le grand Terminal Bar occupe les anciennes billetteries et une grande partie du hall), librairies, cafés et… d’un super hôtel, le Crawford Hotel ! C’est franchement the place to be ! Le bar de l’hôtel, le Cooper, et ses cocktails, sont un rêve ! Il fait aussi resto.

      Imaginez donc un hall de gare type 1900, tout beau, tout rénové, où tout le monde vient prendre un verre le soir ! C’est un mélange de voyageurs à valises à roulettes et d ‘« after work » : étonnant ! En plus, il y a du free wifi (j’ai dit le mot magique ?).

      LoDo + Union Station = coup de cœur pour Denver !

      Road trip Colorado - Des Great Sand Dunes à Denver

      Des Great Sand Dunes à Denver (afficher l’itinéraire dans Google Maps)

      (Jour 13) On a dormi dans l’hôtel de Shining

      On quitte Denver, direction le Nord et la petite ville d’Estes Park où se trouve le Rocky Mountain National Park ! On retrouve la nature, les montagnes, les cerfs… À peine arrivés à Estes Park on a un comité d’accueil made in Rockies (autrement dit, comme souvent, un troupeau de cerfs en plein ville).

      Ce qui nous a attirés ici, c’est un hôtel très spécial. Le Stanley Hotel, l’hôtel qui a inspiré Stephen King pour Shining !! Et oui, on va y dormir ! Wouhou !

      Stephen King est venu y passer une nuit en 1973 avec sa femme Tabitha, le dernier jour de la saison, avant que l’hôtel ne ferme pour l’hiver et vous l’aurez deviné : l’hôtel est alors vide… Il occupe la chambre 217 et commence à faire des cauchemars… Son fils de 3 ans court en hurlant dans les couloirs de l’hôtel, poursuivi par une lance à incendie. Il se réveille en sursaut, avec les grandes lignes de « Shining ».

      Plus il explore l’hôtel, plus il puise des détails pour son roman. Le couloir « sans fin » est bien là (et a bien une fin). On retrouve une moquette du même genre, les portes tordues, les baignoires à sabot, les montagnes autour…

      La légende raconte qu’il a rencontré quelques enfants fantomatiques errant dans les salles et a même dit avoir été témoin d’une fête dans la salle de bal MacGregor, en présence de quelques invités… d’un autre monde.

      Certaines chambres sont plus hantées que d’autres (car oui, l’hôtel est hanté !!). Et j’avoue que la nuit, lorsque les visiteurs sont partis, on se prend un peu à écouter les bruits et le moindre craquement de la vieille maison en bois nous fait un peu sursauter…

      Le matin suivant au check out, une dame jure ses grands dieux qu’un fantôme était là, dans sa chambre au 4ème étage (le plus hanté de tous, par des enfants). Certains clients font des photos et y voient des apparitions… On rapporte aussi des objets qui se déplacent tout seuls, un placard qui s’ouvre, des bruits… Spooky!

      Nous, on se régale à marcher dans les longs couloirs sombres et hantés, la nuit, quand ils sont déserts… Notre chambre, la 236, est au même étage que celle qu’a occupé Stephen King cette nuit-là (la très demandée chambre 217).

      La journée, il y a beaucoup de passage (l’hôtel propose des tours). Petit bémol, on aimerait que le dress code soit un peu plus classe pour être encore plus dans l’ambiance. Mais on a quand même adoré l’expérience, le lobby est superbe, le bar, le grand escalier avec tous les portraits, l’ascenseur à l’ancienne, les chambres, les miroirs, les couloirs bien sûr…

      Mais dites… C’est le 13ème jour du road trip… Et puis, on a entendu un bruit bizarre cette nuit…

      BOUH !!

      Road trip Colorado - De Denver à Estes Park

      De Denver à Estes Park (afficher l’itinéraire dans Google Maps)

      (Jour 14) D’Estes Park à Salida

      On se réveille dans l’hôtel de Shining, toujours en vie. Ouf !! On a quand même tendu des bruits cette nuit, bien flippants… Est-ce la plomberie ? Quelqu’un qui semble taper d’un bruit métallique répétitif… ? 😱

      On a atteint le point le plus au Nord du road trip, aujourd’hui on commence la redescente vers le Sud ! Malheureusement, il est trop tôt dans l’année pour prendre la « Trail Ridge Road », cette route de haute montagne qui traverse le Rocky Mountain National Park ! Elle ouvre a priori en mai.

      On passe donc par une autre scenic road appelée la « Peak to Peak » depuis Estes Park jusqu’à Idaho Springs (via Nederland), une route qui serpente dans les montagnes. C’est joli mais pas aussi spectaculaire qu’on pensait (et que le laissait penser le nom de la route). On s’arrête à Central City, une ville fondée là lors de la ruée vers l’or ! Le filon découvert ici a été d’une richesse exceptionnelle, et il y a eu jusqu’à 10 000 chercheurs d’or ici vers 1870. Aujourd’hui, il en reste moins bien sûr, on y vient surtout pour le casino, mais la « main street » est colorée.

      Puis on enchaîne sur un bout de la 91, et l’independence Pass étant fermé — pour les mêmes raisons — on trace au Sud, vers Buena Vista et on décide je ne sais pour quelle raison de s’arrêter à Salida…

      Quelle riche idée ! Salida est super jolie, et inattendue. Là où on pensait ne trouver qu’un autre ville, c’est un petit bijou posé là, au Sud de la San Isabel National Forest. Les quelques rues du centre sont animées, avec quelques bars bien cools (dont un avec airstream ici pour d’autres idées ! Il y a quelques Antiques bien sympas aussi !

      Demain, étape au Black Canyon of the Gunnison National Park !

      Road trip Colorado - D'Estes Park à Salida

      D’Estes Park à Salida (afficher l’itinéraire dans Google Maps)

      (Jour 15) Le Black Canyon of the Gunnison

      Départ de Salida pour l’Ouest, aujourd’hui nous rejoignons un autre National Park, moins connu celui-ci : le Black Canyon of the Gunnison !

      Déjà, le nom impressionne un peu…

      Sur la route, nous traversons de beaux paysages du Colorado, suivons la rivière… jusqu’à Montrose. Un motel abandonné nous enchante le temps de quelques photos et polaroids. De ces arrêts fortuits que l’on aime en road trip… Ces petits moments, ces trouvailles privilégiées que l’on a l’impression de n’avoir que pour soi.

      A Montrose, lorsque nous arrivons, le temps est gris. Check-in dans un motel sympa : le Black Canyon Motel.

      Le temps de faire un petit tour de la ville, le ciel se dévoile enfin ! On va pouvoir aller voir le coucher de soleil ! Yes !

      Le Black Canyon c’est surtout des points de vue. On peut y marcher bien sûr mais pas y descendre, c’est complètement abrupt, inaccessible. Tellement à pic… Les photos ne rendent pas justice à l’impression de vertige que l’on y ressent !

      On s’attaque à la rive Sud (South Rim), une scenic drive qui longe les points de vue, un peu comme au Grand Canyon. Gunnison Point, Chasm View, Painted Wall, Sunset View… Le point de vue star c’est « Painted Wall ». La falaise la plus haute du Colorado (690 mètres !), parsemée de filons de pegmatite, d’où son nom. C’est vrai, on dirait un peu des coups de pinceaux de peinture blanche sur une toile noire…

      Il fait assez froid je dois dire, et il vente dur !! C’est impressionnant mais très difficile à photographier. À son point le plus étroit, le canyon est large de seulement 12 mètres !

      Les parties éclairées du canyon contrastent énormément avec d’autres parties très sombres… On décide donc d’attendre le coucher du soleil pour avoir des contrastes moins violents (et des lens flares édition spéciale « coucher de soleil » :)).

      Le spectacle est dingue. La lumière baisse petit à petit, des rayons de lumière percent dans le canyon, le tout rougeoie, flamboie, nous aveugle, les corbeaux virevoltent dans le soleil couchant, puis la lumière disparaît dans un dernier rayon sur cette incroyable falaise… Encore un souvenir mémorable américain…!

      Road trip Colorado - De Salida au Black Canyon

      De Salida au Black Canyon (voir l’itinéraire dans Google Maps)

      (Jour 16) La Million Dollar Road

      Nous quittons Montrose par l’US 550, la fameuse route qui traverse les montagnes du Colorado : la Million Dollar Highway !

      Son nom lui vient autant de la vue qu’elle offre (une « Million Dollar View » donc) que de ce qu’elle a coûté à construire !

      Elle a été creusée à flanc de montagne et agrandie au fil des décennies (et des éboulements d’hiver). Les premières «routes» et les premiers explorateurs qui ont ouverts ces passages sont encore célébrés dans ce coin du Colorado.

      L’US Route 550 part de Montrose et se termine à Berlanillo au Nouveau-Mexique, mais la partie la plus intéressante, celle que l’on surnomme « Million Dollar Highway », va officiellement d’Ouray à Silverton (24 miles, soit 39 km). Je rajouterai bien jusqu’à Durango même, ce qui prolonge le plaisir (Ouray > Durango, 72 miles soit 116 km). Et puis de toutes façons, une fois que vous êtes à Silverton, y’a pas 50 solutions, ça reste une petite ville paumée de montagne !

      Elle fait partie des « routes dangereuses » que l’on trouve souvent dans les top 10 des routes les plus dangereuses du monde. Bon, soyons francs : ÇA VA ! Ok, y’a pas de barrières et ça peut-être un peut impressionnant avec le vide juste à côté de soi… ET les énormes camions qui passent (toujours avec un flegme…:o).

      Mais je vous rassure, je pense qu’il y a des routes bien plus dangereuses sur Terre :) Il faut rouler tranquillement, voilà tout…

      Une photo publiée par Julie Sarperi + Renaud Bonnet (@carnetstraverse) le 3 Mai 2016 à 9h39 PDT

      Pour tout vous dire, il y a deux ans, on l’a traversée en partie sous une tempête de neige. Et c’était d’ailleurs MAGNIFIQUE aussi !!! C’était la fin de l’automne, donc avec encore les arbres jaunes, et le blanc de la neige ! 😍

      Cette route est magnifique, ça c’est bien vrai. C’est l’une des routes les plus spectaculaires aux États-Unis.

      Elle grimpe jusqu’à 3 cols de haute montagne : le Coal Bank Pass (10,640 ft / 3240 m), le Molas Pass (10,970 ft / 3340 m) et le plus haut, le Red Mountain Pass (11,018 ft / 3358 m)… Si vous pouvez y venir à l’automne, c’est encore mieux !

      On adore la petite ville d’Ouray (surnommée « la Suisse américaine », dieu sait pourquoi…) qui a beaucoup de charme ! Et encore plus Silverton, tellement « far west » ! Je ne sais pas ce que ça donne quand il y a du monde, car à chaque fois qu’on est venus c’était désert et « hors-saison » j’imagine ? En tous cas, une ambiance trop cool, perdue, avec une seule rue goudronnée (la Main Street), et le reste, de larges avenues en terre battue.

      On croise aussi sur la route une chute d’eau vertigineuse : Bear Creek Falls, avec un « overlook » pour bien la voir, ne ratez pas l’arrêt, car la chute est en contrebas de la route 😉

      Ce soir, on rejoint le Nouveau Mexique, étape à Farmington. Mais avant, on a repéré un rocher sacré Navajo assez peu connu et qui nous interpelle : Shiprock, ce qui veut dire « Rocher ailé » en navajo. Un oiseau de pierre censé transformer en pierre les ennemis.

      On est donc allés y faire une petite danse haha ^^ #AttentionLesEnnemis 😂

      Sans rire, c’est beau, mais difficile d’accès. Pas du tout prévu pour les visites. La route c’est 30 minutes de nids de poule et de crevasses, bon moi ça m’amuse, mais la voiture moins (merci à Sixt qui nous a upgradé #Hum :D). Quand même, une belle vision pour finir cette journée, et déjà très différente du Colorado…

      Quand on roule beaucoup comme ça, on passe vraiment de la haute montagne au désert, j’avoue que l’émotion est intense. Et le grand Shiprock clôt cette journée avec brio et mystique…

      Voici ce que ça donne, en images :

      Road trip Colorado - De Montrose à Farmington

      De Montrose à Farmington, par la Million Dollar Highway (afficher l’itinéraire dans Google Maps)

      (Jour 17) En route pour la route 66 !

      Et c’est ainsi que s’achève l’étape Colorado de notre road trip !

      Nous sommes aujourd’hui au Nouveau Mexique, terre de… Walter White (Albuquerque) et Fox Mulder (hé oui, Roswell, souvenez-vous…).

      Mais nous n’allons pas de ce côté-là cette fois, nous filons vers le Sud, notre point de chute ce soir : Gallup, d’où on va remonter la route 66 vers l’Arizona et la Californie.

      Nous prenons la route 371 jusqu’à Thoreau ! La route est belle ! Déserte, des tronçons super longs et super droits, sauvage quoi… (bon, tellement sauvage qu’on était limite en panne d’essence arrivé à Thoreau !!). Puis l’Interstate 40 (qui est plus ou moins sur le tracé de l’ancienne Route 66). On arrive à Gallup en fin d’après-midi, le temps d’aller se faire un petit dineeeeeer ❤

      Sur le chemin, on croise le Aurelia’s Diner (2502 E Hwy 66, Gallup) qui est bien cool !! Quand on entre, c’est du bonbon pour les yeux :) L’image d’Épinal du diner avec les banquettes blanches et rouges, les tabourets en skai rembourrés, les serveuses adorables et le juke box ! Bien sûr, au menu, c’est breakfast, burgers et chicken wings 🐔

      Attention c’est un diner, il ferme à 19 heures !

      Petit tour de nuit, dans Gallup et on croise le FAMEUX El Rancho. C’est un hôtel historique qui a vu débarquer les plus grandes stars du cinéma. Il arbore d’ailleurs un fier « Home of the Movie Stars », et le hall est recouvert de portraits dédicacés des plus grandes stars. Sachez que la partie motel est déconnectée et n’a pas grand chose à voir avec l’hôtel historique (si ce n’est qu’elle est à côté).

      On se balade de nuit à Gallup (enfin quand je dis on se balade… Ce n’est pas Venise, hein, donc en voiture !!).

      C’est marrant ce « Route 66 thing »… Les villes traversées sont limites glauques parfois, avec leurs motels miteux, leur parkings craignos et leur hôtels abandonnés. Ne vous imaginez pas des villes pimpantes ! Plutôt des villes qui « l’ont été » ! Suivre la route 66 c’est faire la chasse à un passé glorieux… enterré depuis longtemps. C’est à la fois un truc pour les nostalgiques et assez triste parfois. Toutes ces magnifiques enseignes qui sont là… et leur chambres murées derrière. Mais j’y reviendrai plus tard.

      Si vous cherchez des guides sur la Mother Road (comme l’appelait Steinbeck), je peux vous citer en français Eternelle Route 66 (avec plein d’infos mais il est gros et lourd, donc pas trop « guide », en tout cas pas sur la route) qui est en anglais le Lonely Planet Route 66 of course !

      Pour l’heure, voici quelques images de cette journée sur notre page Facebook ! N’oubliez pas de nous suivre :)

      Road trip Nouveau-Mexique - De Farmington à Gallup

      De Farmington à Gallup (afficher l’itinéraire dans Google Maps)

      (Jour 18) Vers l’Ouest, sur la route 66 !

      La suite se passe dans l’Arizona ! On prend la route 66 vers l’Ouest ! Rendez-vous sur l’article Road trip en Arizona 🌵 pour la suite 😉

      À très vite !

      > Suivez le voyage en direct sur facebook, instagram et twitter !

      Casa Cook : la nouvelle Merveille de Rhodes — Boutique hotel

      Nous voilà pour la première fois en Grèce, et on l’espère pour une longue série de voyages !

      Je dois bien avouer que de l’île de Rhodes, nous n’avions qu’une image en tête : le fameux « Colosse de Rhodes », enjambant le Port de la ville. Une des Sept Merveilles du Monde… Disparue depuis bien longtemps.

      On arrive de nuit, après une correspondance à Athènes, on découvre donc notre hôtel de nuit. Ambiance sympa, branchouille décontractée, musique lounge.

      Mais c’est de jour, le lendemain matin au réveil, qu’on prend une claque…

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      L’architecture contemporaine des lieux côtoie les rocs tranchants et secs de Rhodes. La partie Est de l’île est très aride en contraste avec la partie Ouest plus «verte», notamment avec de grandes forêts de pins.

      DES PISCINES, DES HAMACS, UN BONHEUR BOHÈME…

      Casa Cook. Le lieu est niché contre une montagne, on se retrouve donc à l’abri de tout le reste, comme dans une bulle de luxe, calme et… piscines à débordement ! Chaque chambre a en effet sa terrasse privative avec son propre accès à la piscine.

      C’est clairement le clou du spectacle.

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      En fin d’après-midi, quand la lumière est moins dure, les blancs vibrent avec les ombres de la montagne. Les ambiances sont belles…

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      Mood noir et blanc. La lumière méditerranéenne très dure offre des blancs lumineux et des noirs profonds. Nous avons gardé en tête les premières minutes du Grand Bleu tournées en noir et blanc par Besson. Sublimes.

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      Inspiration de matières et textures naturelles à l’intérieur de l’hôtel. Le bois patiné ou à peine poli. Le lin, l’osier, les tissages épais d’un côté. Le béton brut d’un autre. Pas mal de petits meubles récupérés dans les chambres et les espaces communs.

      Il y a une belle piscine plus classique également avec transats ombragés, banquettes moelleuses et hamacs avec vue sur la montagne tout autour. Un superbe bar avec coussins et mobilier de designer vous invite à rester siroter des cocktails pendant des heures… Heureusement, on peut filer au cours de yoga avec David pour déculpabiliser.

      Tout est très blanc, ocre, noir, des couleurs simples, naturelles, relaxantes, qui se marient super bien à l’environnement, le ciel si bleu, les piscines si claires… Le rendu visuel est vraiment super réussi. Mais les photos sont plus parlantes que les mots. Les hamacs se balancent dans la brise qui traverse tout.

      Boire un jus frais, un doux soleil sur la peau, le vent dans les cheveux.

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      Moins fans des parasols qui détonnent avec les grands espaces en bois, les hamacs ou les grands coussins. Mentions spéciales pour ces hamacs tressés, plutôt sympas d’y lézarder !

      Depuis notre chambre, on voit la montagne. Des chèvres passent nous dire « Kalimera » (Bonjour) chaque matin. En fronçant un peu les yeux, on peut les voir se percher sur les rochers, tout là-haut.

      On peut faire comme elles en prenant un petit chemin qui part à la base de la montagne et qui monte tout en haut, au Monastère Tsambika !

      Le concept de l’hôtel c’est que l’on se sente comme à la maison. Le petit déj est donc servi avec une grande latitude, de 6h30 à 11h (et ça c’est tellement bien quand on veut dormir !!!). Le restaurant est super beau, très cool, grand, aéré, ouvert sur la piscine et la montagne. Mention spéciale pour la grande fresque tropicale en céramique !

      Casa Cook Rhodes

      Kolymbia, Grèce

      294€ la chambre double avec petit déj

      Casa Cook Rhodes, Boutique Hotel Grèce

      En fonction du choix de la chambre, l’espace de la terrasse varie en superficie avec un petit extra (ou pas), un grand hamac accroché devant l’accès à la piscine.

      6 CHOSES COOLS À FAIRE À RHODES

      Je dois vous dire d’emblée que l’île est super construite sur la côte Est… La plupart des baies à l’eau bleue turquoise sont peuplées de grandes barres d’hôtels et de resorts moches. Mais, vous nous connaissez… Il y a toujours moyen de trouver des chemins de traverse 😉

      LA VILLE BLANCHE DE LINDOS, AVANT LA FOULE

      Lindos c’est une jolie ville toute blanche, avec ruelles et vues imprenables, coiffée par un Acropolis ! De là-haut ne ratez pas la superbe vue sur la baie voisine !

      Lindos, c’est aussi la ville la plus visitée de l’île : il y a FOULE dès le matin 9h, avec les balades en ânes, etc. Alors, LE conseil : les cars de touristes arrivent tous les jours à 9h15 pétantes. Si vous préférez voir la ville pour vous et les magasins de souvenirs fermés, faites en sorte d’arriver vers 7h30. La tranquillité, ça n’a pas de prix… Enfin si : le prix d’un réveil matinal :)

      Depuis l’hôtel, c’est à peu près à 30 minutes de route. Sachez aussi que si vous voulez visiter l’Acropolis, vous devrez attendre l’ouverture, et vous ne serez déjà plus seuls 😉

      Lindos, Rhodes, Grèce

      Lindos, Rhodes, Grèce

      Lindos, Rhodes, Grèce

      Lindos est une jolie petite ville qui mérite une courte visite très tôt le matin, vers 6h ou 7h pour faire de bonnes prises de vue et croiser les habitants ! L’endroit est photogénique et s’y perdre est agréable.

      Lindos, Rhodes, Grèce

      De belles fresques au sol, toutes en galets.

      ROULER SUR LA CÔTE OUEST

      L’intérieur de l’île, le Sud et la côte Ouest sont beaucoup plus sauvages. Il y a moins de plages certes, et l’eau n’y est pas paradisiaque ! Il y a souvent beaucoup de vent aussi. Les montagnes boisées de pins plongent dans la mer, ça nous a rappelé un peu le Cap Corse, pour ceux qui connaissent. Il y a des châteaux en ruines, Monolithos et Kritinia, d’où on a de belles vues sur la mer !

      Et la plage Prasonisi tout au sud est le paradis des kite surfeurs et autres wind surfeurs ! C’est une « double plage », la rencontre de la mer Egée et de la Méditerranée.

      Rhodes, Grèce

      Rhodes, Grèce

      De grosses collines plantées de pins et cyprès, quelques routes qui serpentent. Cette partie de l’île est peu habitée (et quasiment pas bétonnée). Les plages sont le plus souvent en galets et le courant est important. On y croise quelques rares bateaux, pour l’essentiel, les voiliers sont sur la côte Est dans les criques comme Anthony Quinn Bay.

      PRENDRE LA MER

      On a bien aimé faire du voilier aussi entre Rhodes et Kolymbia, même si la côte est un peu monotone et construite, et la belle baie Anthony Quinn ! C’est une jolie petite crique à l’eau turquoise, épargnée par les gros hôtels (mais avec quand même les transats à louer :)).

      Et il y a un restaurant sympa !

      Rhodes en voilier, Grèce

      Rhodes en voilier, Grèce

      Les eaux profondes de la côte Est à bord d’un voilier d’une trentaine de mètres. La navigation demande une certaine expérience dans cette zone.

      Vous voyez les trois petits papis sur le bateau ? Ils viennent pêcher là depuis des années. Notre skipper Nasos nous a raconté qu’ils donnaient le poisson pêché au resto du coin (juste derrière). On les entendait se disputer : il est apparu qu’ils n’étaient pas d’accord sur le type de filet à utiliser. Priceless :’)

      Anthony Quinn Bay, Rhodes en voilier, Grèce

      Anthony Quinn Bay, Rhodes en voilier, Grèce

      L’Anthony Quinn Bay est un bel endroit pour jeter l’ancre quelques heures. Le nom de la crique porte le nom de l’acteur qui acheta un pied à terre non loin de là, après le tournage des «Canons de Navarone».

      Rhodes en voilier, Grèce

      LE VIEUX RHODES

      Des ruelles médiévales et une grand mosquée blanche. Chemins de ronde, petites rues pavées, super sympa mais comme d’habitude : beaucoup de monde aux heures « normales » de visite. C’est un site classé UNESCO !

      Perdez-vous dans les petites rues pavées, passez les belles portes, Saint Jean, Amboise, Saint Athanasiou… La mosquée, les petites églises, goûtez les pâtisseries grecques, visitez le Palais du Grand Maître, le Musée Archéologique (pour son architecture et ses jardins surtout), l’imposant Marine Gate, les fortifications…

      Si vous aimez plonger, Trampolino est pour vous — c’est une plateforme plongeoir old-school :) Il faut nager pour l’atteindre. Puis prenez un drink à Elli Beach en face.

      EXPLORER LES VILLAGES DE L’INTÉRIEUR DE l’ÎLE

      Rien de spectaculaire ici, mais le génie de l’hospitalité et des jolies petites routes sous les pins. Ça vous tente ? On vous conseille la route qui passe par Platina et Appolona.

      Arrêtez-vous manger à la taverne Yiarenis à Appolona, mais attention : ne prenez pas de petit dej, ici c’est la Mama en cuisine et vous avez intérêt à finir vos 50 assiettes !! Haha ^^ On a un bel aperçu de plein de plats traditionnels différents super bons, mais c’est très copieux ! Moussaka végétarienne, beignets, salades de toutes sortes, râgout d’agneau, pommes de terre sautées… Be ready.

      À la boulangerie, vous pouvez acheter du pain, de l’huile d’olive à ramener, des pâtisseries traditionnelles, plein de trucs trop bons… C’est fait maison et géré par un collectif de femmes du village !

      Pain pour la messe orthodoxe, Apollona, Rhodes, Grèce

      Pain pour la messe orthodoxe, Apollona, Rhodes, Grèce

      Pain pour la messe orthodoxe de la boulangerie d’Apollona, et autres petits délices ! Mélanges de saveurs de la cuisine grecque. Au menu de la taverne, les fameux Dolmadákia (feuilles de vignes farcies), la délicieuse purée de fèves, la salade grecque à base de tomates, concombres, oignons, féta,… Les melitzanes me lathi (aubergines à l’huile d’olive), la moussaka,…

      Champs d'oliviers, Rhodes, Grèce

      Savons à l'huile d'olive, Appolona, Rhodes, Grèce

      L’olive est au centre de toutes les attentions. Dans le village d’Apollona (et dans bien d’autres villages grecs), on fabrique un savon d’une grande pureté sans ajouts de composés chimiques. L’odeur est extraordinaire !!

      Dans la petite boutique “Rodosoap”, vous trouverez des savons fabriqués à la main 100% bio, à base d’huile d’olive ! Il nous ont tout montré, super gentils le monsieur et sa femme.

      On a aimé rencontrer les gens super sympas de ces petits villages (bon, les Grecs sont vraiment tous sympas en général ! mais là, encore plus). Sur le chemin du retour, ne ratez pas le sanatorium d’Eleousa, pour ceux qui aiment l’esthétique des lieux abandonnés !

      MANGER DU POISSON GRILLÉ AU FEU DE BOIS

      Manger du poisson grillé au feu de bois chez To Fresko (merci Natasha pour l’adresse !) près de la plage Afandou à Kolymbia.

      Rien de « fancy » dans cette adresse, juste un grand restaurant de poisson frais tenu par deux sœurs qui vous servent le meilleur de la pêche locale grillée au feu de bois. Le menu « poisson grillé » pour 2 personnes avec entrées, vin et dessert est à 49€.

      Restaurant poisson grillé, Rhodes, Grece

      Immense coup de cœur : l’île de Symi

      Enfin… ne ratez pas ce petit joyau, à 50 minutes de ferry seulement depuis Rhodes : l’île de Symi !

      On a trouvé ici la Grèce qu’on imaginait. La ville est nichée au creux d’une baie, à flanc de montagne. L’architecture est unique ! Ce n’est pas ce que vous imaginez des Cyclades, toutes blanches, mais ça y ressemble un peu. C’est étonnant ! On se prend une claque visuelle en arrivant !

      Genre : WOW… Incroyable.

      Ile de Symi, Grece

      Symi, fut une ville prospère notamment par le négoce avec la Turquie toute proche. Le style néo classique de toutes ces maisons vient de la richesse de ses habitants, en particulier au XIXeme siècle. Fronton italien, étage noble, mosaïque de facades… le spectacle est saisissant.

      Des centaines de maisons colorées, traditionnelles, accrochées à la montagne sur chaque versant, reliées entre elles par un dédale d’escaliers vertigineux.

      Lorsque vous montez et que vous vous retournez dans une ruelle, les échappées sur la mer vous happent et vous vous prenez à vouloir rester bien plus qu’une journée…

      Non seulement c’est beau, mais il y a une vraie vie locale !

      Ile de Symi, Grece

      Ile de Symi, Grece

      Fin mai, le village est très agréable et rencontrer les habitants est très simple. C’est un vrai lieu de vie où le temps semble avancer un peu moins vite qu’ailleurs. Coup de cœur pour Symi !

      La mamie qui fait ses rebords de fenêtre, les gens qui passent en scooter, les locaux dans les petits restos de poisson… Le tout dans un cadre complètement carte postale. Ne ratez pas ça !

      HANDBOOK

      Y ALLER

      Il existe quelques vols Paris – Rhodes directs sur Aegean Airlines en 3h40, parfait si vous avez la chance que ça colle à vos dates !! Sinon il faudra faire une correspondance à Athènes. Le prix d’un aller-retour Paris-Rhodes commence à 110€ ! Ça donne envie d’y retourner !

      QUAND PARTIR

      J’éviterai le plein été (mi-juillet/mi-août) à cause de la chaleur et du monde ! Les mois de mai, juin, septembre et octobre me semblent parfaits !

      LOUER UNE VOITURE

      Pour se déplacer sur l’île, louer une voiture est le plus facile et pas si cher ! La plus petite des voitures suffit :) On vous conseille toujours RentalCars, on y a nos habitudes, ils sont super fiables et ont les meilleurs prix !

      Voilà j’espère que ça vous aura donné envie de Grèce ! Bon, nous, on n’a qu’une envie maintenant : y retourner !! Explorer d’autres îles… Lesquelles vous nous conseillez ? C’est un terrain de jeu fascinant, qui semble inépuisable… Athîo !

      Ce reportage a été réalisé avec bonheur, soleil et en partenariat avec Casa Cook Rhodes.