Le bien être des dauphins

La reproduction des dauphins et des orques en captivité est désormais interdite en France, en vertu d’un arrêté publié samedi imposant des règles plus strictes aux delphinariums et dans lequel les associations voient “la fin programmée des cirques marins”.  Une version précédente de ce texte, signée mercredi par la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, se contentait de prévoir un “contrôle étroit de la reproduction des dauphins”, en fonction de “la configuration et la taille des bassins”, selon un communiqué diffusé alors par le ministère.   Mme Royal “a repris le texte avant qu’il soit publié et a souhaité être plus radicale”, a précisé le ministère samedi à l’AFP. Elle a notamment “appris que certains animaux étaient drogués et a voulu aller plus loin”, a-t-on ajouté.   “Pour assurer la protection des espèces, améliorer le bien-être et supprimer la souffrance animale, la détention en captivité de spécimens de cétacés est interdite”, à l’exception des orques (Orcinus orca) et des grands dauphins (Tursiops truncatus) “régulièrement détenus à la date d’entrée en vigueur” de l’arrêté “au sein d’établissements dûment autorisés”, stipule le document officiel publié samedi.   “En clair, cela signifie la fin des programmes de reproduction, d’échanges ou d’importation (…). Sans renouvellement possible, cela signifie tout simplement la fin programmée des cirques marins sur notre territoire”, se sont réjouies les associations Code Animal, la Dolphin Connection, One Voice, Réseau Cétacés et Sea Sheperd. “Cette avancée française est historique”, ont-elles souligné dans un communiqué.   Cette mesure a en revanche suscité la colère du directeur du Marineland d’Antibes dans le sud de la France, Jon Kershaw, qui l’a qualifiée de “bombe”, dans le quotidien Var-matin.   Le texte, qui abroge un arrêté de 1981, prévoit notamment une “augmentation d’au moins 150% de la surface des bassins afin de permettre aux animaux de se soustraire à la proximité des visiteurs et à celle des autres animaux”, précise le ministère.   Le chlore est interdit dans le traitement de l’eau. Les “contacts directs entre le public et les animaux ainsi que les immersions du public dans les bassins hébergeant des cétacés” sont également interdits, ajoute-t-il.   Les établissements ont six mois pour se conformer à l’arrêté, sauf pour les travaux de mise en conformité des bassins, qui devront être réalisés dans un délai de trois ans.   Le texte a été mis au point avec des associations de protection de la nature et des animaux comme les fondations 30 Millions d’Amis et Nicolas Hulot, le Réseau Cétacés, Robin des Bois, la SPA, FNE, la LPO ou le WWF, après une année de discussions associant le Muséum national d’Histoire naturelle, précise le ministère.   Les critiques se sont multipliées ces dernières années contre l’exploitation d’orques et de dauphins dans les parcs aquatiques, comme le Marineland d’Antibes, le plus grand parc d’attractions marin d’Europe.

3000 dauphins morts

D’après la presse péruvienne, depuis le début de l’année on a retrouvé au Pérou plus de trois mille dauphins morts sur les plages de la région de Lambayeque dont les rivages bordent les zones où différentes compagnies pétrolières effectuent des recherches pour découvrir de nouveaux gisements sous-marins. Selon plusieurs articles, cette hécatombe de mammifères marins serait la conséquence de ces recherches. D’après Carlos Yaipén, directeur de l’Organisation scientifique pour la protection des animaux aquatiques, la mort des dauphins est due à ce qu’on appelle « la bulle marine », phénomène qui se forme lorsque l’on utilise des ondes acoustiques à grande profondeur pour détecter les nappes pétrolifères. Toujours selon Carlos Yaipén, lors de la recherche du pétrole on utilise des ondes acoustiques de différentes fréquences dont les effets ne sont pas immédiatement perceptibles, mais qui provoquent des dommages à long terme non seulement chez les dauphins, mais également chez les phoques et les baleines. Ainsi, ces bulles marines provoqueraient chez ces animaux désorientation et hémorragies internes.

Nager avec les dauphins

Nager avec les dauphins est une expérience unique pour de nombreuses personnes. Il existe de part le monde de nombreux endroits au sein desquels les dauphins sont habitués à l’homme.

Si certains sont habitués à la nage avec les dauphins qui s’amusent avec l’étrave des bateaux, il serait risqué de vouloir partir à leur rencontre sans être renseigné. De nombreuses associations gérées par des professionnels permettent de partir à la découverte de ces mamiphères dans des conditions de sécurité totales.

Si vous n’avez pas encore tenté cette expérience ou que vous souhaitiez offrir une journée unique à un proche, nager avec les dauphins est sans doute un des plus beaux cadeaux possible. Divers lieux présentent la nage avec les dauphins avec de photos et d’expériences, et de vidéos.

Pour nager avec les dauphins il faudra vous rendre vers Cannes. A 2h de bateau se trouve la réserve Pelagos. Cet espace se situe entre le nord de la Sardaigne, le Sud de la Toscane et jusqu’à la presqu’île de Giens sur l’ Est. Le sanctuaire entoure globalement la Corse. Cette zone est celle qui regroupe le plus de mammifères marins comme les baleines, les globicéphales et les dauphins. On y compte 8500 espèces marines différentes.

On parle de sanctuaire car les trois pays concernés qui sont la France, Monaco et l’Italie veulent mettre en place des actions de protection des espèces et de leur environnement. Les dauphins restent des mamiphères qui évoluent dans un milieu qui n’est pas fait pour l’homme. La nage avec les dauphins reste néanmoins une expérience inoubliable.