Encéphalite japonaise : se faire vacciner ?

Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

L’encéphalite japonaise est une maladie mortelle qui peut se contracter lors d’un voyage en Asie du sud-est. À cause d’un moustique, encore une fois. Alors, faut-il se faire vacciner ?

ancephnaite japonaise

En 2009, lors d’un long voyage en Asie du sud-est, j’ai rencontré un Américain dont l’ami venait de décéder, il y avait peu de temps, d’une encéphalite japonaise contractée lors de leur voyage.

Cela m’avait refroidi. Je m’étais alors renseigné sur cette maladie rare que peu de voyageurs connaissent. J’avais même pensé, un temps, me faire vacciner. Pour ceux qui ne connaissent pas, voici un résumé sur cette maladie.

Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 68 000 cas d’encéphalite japonaise sont décelés chaque année. Un peu moins de 30% d’entre eux sont mortels. Par ailleurs, cette maladie virale reste encore méconnue du grand public.

L’encéphalite japonaise, c’est quoi ?

L’encéphalite japonaise est une maladie causée par un flavivirus. Ce groupe de virus comprend notamment le virus Zika, celui de la fièvre jaune et de la dengue, entre autres. Il est transmis par la piqûre du moustique (le culex tritaeniorhynchus) et s’attaque aux membranes autour du cerveau.

On trouve également ce virus dans l’organisme du héron, de l’aigrette ainsi que celui du porc. Le développement de l’encéphalite japonaise est directement lié à l’élevage de porcs combiné avec la culture du riz.

Le premier cas d’encéphalite japonaise a été détecté au Japon au XIXe siècle. La maladie frappe essentiellement les personnes vulnérables, soit les enfants et les personnes âgées. La majorité des adultes est immunisée, même après une infection pendant l’enfance.

À tout âge, l’encéphalite japonaise peut se déclarer. La recrudescence de la transmission de l’encéphalite japonaise apparaît sur des périodes de deux à quinze ans.

Les symptômes de l’encéphalite japonaise

Dans la majorité des cas, l’infection est bénigne et se traduit par des céphalées (maux de tête chroniques) et de la fièvre. Certains symptômes ne sont pas perceptibles, mais dans un cas sur 250, des complications peuvent survenir.

Celles-ci se révèlent par une fièvre soudaine, des maux de tête intenses, une rigidité de la nuque, des contractions continues des muscles, une paralysie caractérisée par des spasmes et, dans les pires cas, par la mort.

Pour ceux qui s’en sortent, de graves séquelles intellectuelles, neurologiques et comportementales peuvent demeurer, qui se traduisent par des difficultés à parler, une paralysie et des convulsions récurrentes.

Zones géographiques à risques

Le risque éventuel de transmission s’étend autour de 24 pays, de l’Asie du sud-est, jusqu’aux îles du Pacifique. Près de trois milliards d’individus sont donc concernés par l’encéphalite japonaise.

La transmission s’effectue entre les porcs, les oiseaux concernés et les moustiques. La maladie se développe essentiellement dans les campagnes et ce, jusqu’à la périphérie de la ville. Les plus grandes épidémies recensées se sont propagées pendant la saison chaude. Par ailleurs, dans les régions tropicales, la transmission se déroule tout au long de l’année. Néanmoins, elle s’amplifie au cours de la saison des pluies, période la récolte du riz.

Source : CDC

Source : CDC

Vaccination contre l’encéphalite japonaise

En ce qui concerne le traitement, il prétend uniquement apaiser les symptômes. Toutefois, des vaccins performants existent en guise de prévention. À ce titre, l’OMS organise des campagnes de prévention dans les zones géographiques les plus touchées. Bien que les cas d’épidémies soient faibles, la vaccination est recommandée dans les zones à risques.

Actuellement, quatre types de vaccin sont utilisés. Tous ces vaccins ont été certifiés par l’OMS. Par ailleurs, depuis quelques années, un vaccin contenant la souche SA14-14-2, s’est montré le plus efficace. En 2013 GAVI Alliance, un partenariat croisant financements public et privé, a mis en place une campagne de vaccinations pour endiguer l’encéphalite japonaise. Le vaccin est soumis à un protocole.

Deux injections sont indispensables pour éradiquer l’infection à 28 jours d’intervalle. Pour un processus accéléré, sept jours d’intervalle sont tolérés (pour les voyageurs de dernière minute de plus de 18 ans). En revanche, pour un enfant de moins de trois ans, une demi dose est suffisante. Ensuite, un rappel est prescrit, qui a lieu entre douze et 24 mois après les deux premières injections.

Le coût du vaccin ? Autour de 80 €, mais attention, il n’est pas remboursé…

ancephalite japonaise

Traitement préventif

Chaque touriste qui se rend dans les zones à risques doit prendre ses précautions. C’est-à-dire que le voyageur doit prendre ses dispositions pour échapper aux piqûres de moustiques : achat de produits répulsifs contre les moustiques, port de vêtements à manches longues, bombes aérosol anti-moustiques. Pour un séjour de longue durée, la vaccination contre l’encéphalite japonaise est requise.

Le danger pour le voyageur est difficile à évaluer. Les statistiques sont instables : d’un cas pour 300 000 voyages à moins d’un cas pour un million.

Un voyage en zone rurale fait grimper l’incidence entre deux et dix cas sur 1000 par an. Les pays où le risque est maximal, surtout en zone rurale sont : Laos, l’Inde, l’Indonésie, la Thaïlande, la Corée et la Chine.

Pour conclure, si vous pensez faire un séjour prolongé en zone rurale dans les pays touchés entre avril-mai et octobre-novembre, la vaccination contre l’encéphalite japonaise peut être envisagée.

Le choix vous appartient. Dans tous les cas, parlez-en à un médecin compétent.

Perso, je ne me suis pas fait vacciné, et je ne pense pas le faire. Et vous ?

Faites tourner sur les réseaux !

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest