Faire indemniser son vol : comment y arriver sans galère !

Bienvenue. Rejoins le programme Voyager Plus !

Mes 10 solutions pour réaliser tes rêves de voyage + des ressources, des réductions et le Manifeste du Voyageur (mon livre gratuit) ! » Télécharge le tout en cliquant ici.

Suite à un vol annulé, j’ai voulu un jour me faire rembourser. La galère. Voici pourquoi et La solution pour réussir !

indemnisation vol passagers

David contre Goliath

Je reçois régulièrement des témoignages de lecteurs me racontant leurs galères pour faire valoir leurs droits lors de l’annulation ou d’un retard d’un vol.

Ils sont dans leurs droits, et pourtant les compagnies et agences refusent de les entendre. Certains abandonnent, forcément.

Et là, ces entreprises ont gagné.

Pourquoi ?

Il faut savoir que leur but est de vous forcer à abandonner vos démarches. Oui, tout ceci est très cynique, vous êtes ici en pleine loi du marché, l’une des faces sombre du capitalisme diront certains.

Vous êtes seul chez vous. Face à vous, une compagnie aérienne, une grande entreprise avec un chiffre d’affaire de plusieurs millions d’euros, des centaines, voir des milliers d’employés.

David contre Goliath en somme.

L’industrie du tourisme est…une industrie. Le but est l’optimisation des recettes.

Aussi, quand un client vient réclamer ces droits, en l’occurrence ici, une indemnisation pour un retard important sur un vol, et bien, ces entreprises ont pour règle de faire en sorte de ne pas lui accorder son indemnisation.

indemnisation

Réclamer vos droits ou comment avoir envie de se pendre.

Comment ?

Ce n’est pas très dur. Il suffit de décourager le client et avec le temps, c’est ce qui se produit souvent.

Tout d’abord, tous les clients n’ont pas forcément l’éducation, la culture et l’habitude de se renseigner sur leurs droits. Il faut déjà trouver l’information. Mes parents en seraient incapables par exemple.

Ensuite, bien souvent, le premier réflexe est de téléphoner au service client. Première arnaque : bien souvent, l’appel est payant. De quoi se demander ce que veux dire « service client »…Et je ne vous parle pas de vos interlocuteurs qui parfois parlent à peine le français, sous-traitance low cost oblige.

En général, votre demande n’aboutira pas il faut prendre sa plume pour écrire et réclamer ses droits.

Et là, votre démarche risque de prendre des semaines avec plusieurs échanges.

En face, le service juridique de la compagnie va juger de la « dangerosité » de l’ayant droit, c’est à dire du risque (pour eux) que vous alliez au bout de la démarche, et cela selon vos arguments et la teneurs de votre première lettre.

C’est 100% cynique je sais.

Si vous faites une première lettre bien rédigée en soulignant vos droits et en menaçant à demi-mot, il y a de bonnes chances pour que votre demande soit tout de suite reçue d’une manière favorable.

Vous devez sentir dans cet article que je suis assez remonté contre ce système qui broie les plus faibles.

compagnie

Mon expérience personnel : une vraie galère

Pour ma part, il m’est arrivé juste une fois de devoir en passer par là. Cela a déjà été trop long à mon goût. Mais j’ai appris et si cela m’arrivait de nouveau, l’issue serait plus rapide, je peux vous l’assurer.

Voilà ce qui s’est passé. Nous somme en 2010 et je m’apprête à m’envoler pour Rome avec mes parents le temps d’un week-end. A Orly, nous apprenons que le vol est annulé, à cause d’une grève si ma mémoire est bonne.

Je contacte le service client de l’agence de voyage en ligne (forfait vol+hôtel) pour lui demander les démarches à suivre. Mon interlocuteur me dit qu’il faut que je demande tout d’abord un certificat de non vol auprès de la compagnie. C’est ce que je fais.

Les choses vont se compliquer par la suite.

Les jours suivants, je vais passer du temps avec le service client délocalisé au Maroc sans avancer. A chaque fois je raccrochais en fulminant. Et pourtant, je suis calme de nature.

J’ai ensuite décidé d’envoyer une lettre en recommandé afin de réclamer mes droits. Deux semaines plus tard, je reçois un mail me disant que les vols seraient remboursés, mais pas l’hôtel.

Je réponds alors que dans ce cas, je vais faire appel à un ami avocat qui m’avait déjà aidé dans une précédente affaire. C’était 100% du bluff, mais cela a marché.

Dés que vous parlait justice, cela débloque les choses.

La solution pour ne pas perdre du temps et gagner à coup sûr

Bref, cela a été galère, cela m’a pris du temps et de l’énergie.

La prochaine fois, je préfère déléguer cela à des professionnels. Il existe plusieurs compagnies défendant les droits des passagers.

7 passagers sur 10 disent que la compagnie aérienne ne pait pas leur indemnisation ou ne répond pas à leur demande.

Ces professionnels défendant les droits des passagers connaissent bien les arguments et tactiques des compagnies. Ils vont parfois jusqu’au tribunal pour vous défendre.

Et vous ? Vous n’avez rien à faire, la compagnie s’occupe de tout !

 

moremore

Pour en savoir plus :

C’est ce que propose Flightright. En contrepartie, vous leur donnez 25% de l’indemnisation reçue. Si cela ne débouche pas, vous ne payez rien bien sûr. Un système 100% gagnant-gagnant ! Leur taux de réussite est de 98% devant les tribunaux !

Faire valoir ses droits, c’est important. Et puis, il ne faut pas oublier que vous pouvez percevoir jusqu’à 600€ d’indemnisation pour un vol annulé !

Et vous, avez-vous eu de mauvaises expériences lors d’une demande d’indemnisation ?

part11-2

Faites tourner sur les réseaux !

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest