Le château de Lancelot

Visiter l’Angleterre, c’est bien. Y découvrir un château légendaire et un site archéologique de premier plan, c’est encore mieux. Mais faire cette découverte lors d’un vol en hélicoptère, c’est tout simplement parfait. Et c’est exactement ce que j’ai fait la semaine dernière, en découvrant le château de Bamburgh. Celui s’élève avec une majesté titanesque au-dessus de la côte de Northumbrie, et offre des vues imprenables sur les îles de Lindisfarne et de Farne. S’il s’élève entre terre et mer, entre ciel et terre, il est également à la frontière de deux époques. Cet édifice légendaire fut, dit-on, le fief de Lancelot du Lac, chevalier de la Table ronde. Il fut aussi le premier château fort à succomber sous les coups de l’artillerie, arme qui marqua la fin de la chevalerie médiévale, lorsque les troupes d’Édouard IV l’attaquèrent en 1464 au cours de la guerre des Deux-Roses. Le château représente donc le summum et la fin d’une époque qui ne cesse de fasciner : celle de la chevalerie. Plus prosaïquement, le château se dresse sur un escarpement de basalte haut de 46 m, un site aux intérêts stratégiques si évidents qu’un fortin s‘y dressait déjà avant l’arrivée des Romains. Les envahisseurs angles le prirent et, en 547, Ethelfrith, roi de Northumbrie, l’offrit à son épouse Bebba. Il s‘agissait d’un palais royal, où furent couronnés nombre de rois de Northumbrie. Inévitablement, les Vikings le prirent et le mirent à sac. Les Normands s’en emparèrent à leur tour, puis il fut reconstruit. Aujourd’hui, ses parties apparentes les plus anciennes datent de Henri II et c’est son donjon qui a le mieux survécu. Aux XVIe et XVIIe siècles, le château fut laissé à l’abandon. Mais en 1704, l’archevêque de Durham, Lord Crewe, en fit l’acquisition. Il devint un centre de bienfaisance, avec une école gratuite, une bibliothèque et une infirmerie. Dans les années 1750, il bénéficia d’une reconstruction et d’une restauration considérables. En 1894, le site fut vendu à Lord Armstrong, ingénieur, inventeur et grand industriel de l’armement. Le nouveau propriétaire abattit certaines parties du château et transforma le reste en une combinaison de forteresse médiévale et de demeure victorienne, avec un résultat fascinant. Sa vaste salle royale arbore une fausse charpente apparente et une série de sculptures animalières de Fabergé. Une riche collection d’armes, de meubles, de tapisseries et de porcelaines est présentée dans les salles du château. Voilà décidément un lieu étrange, que je vous recommande chaudement de visiter, si vous passez par la Northumbrie. Mieux encore, si vous avez l’occasion de le découvrir depuis les airs, lors d’un vol en hélicoptère, la beauté du paysage vaut largement le coût de l’expérience ! Suivez le lien si l’aventure vous tente, vous y trouverait le prestataire de ce vol en hélicoptère.

11809911_1043608658985439_690071669_n