Cuisiner à Nice

J’ai effectué un atelier de cuisine. J’ai régulièrement eu envie de réaliser un atelier de cuisine, et j’ai eu l’opportunité. J’ai suivi cet atelier à Nice avec un chef qui travaille notamment la cuisine moléculaire. Et au programme, un ouvrage des préparations appuyés sur l’huile de noix. Plutôt original. Vrai origine de la noix, le Périgord, à travers les hommes de Cro-Magnon, cultivait alors ce fruit sec, il y a environ X 1800 années. Au fil du temps, la noix devint de plus en plus chère, à tel point que, avec le temps, au dizième siècle, les corbeilles de noix concourraient à rembourser les dettes des paysans, tandis que, 2 Siècles plus tard, l’huile de noix, considérée, à l’époque, comme aussi précieuse que l’or, favoriser de régler les fermages. Ses utilisations étaient en ce temps diversifiés: les cultivateurs l’utilisaient à la fois dans la cuisine ainsi que pour allumer leurs habitations, alors que les femmes se rendaient propres avec des pains de savon fabriqués avec de l’ huile de noix. C’est par ailleurs cette commercialisation de l’huile qui a donné lieu à l’enrichissement de la région. J’ai eu l’opportunité de exécuter trois mets, avec une pincée de cuisine moléculaire, puis qui s’est par après suivie du repas des tests avec tous les autres collègues. C’était assez chaleureux. Actuellement, les formations sur la consommation sont souvent regardés et la cuisine embrase les foules. Pourtant pouvoir cuisiner permet également d’amoindrir le gaspillage. Chaque personne rejette de telle manière 20kg toutes les années. La résistance contre le gaspillage alimentaire deviendra une des croisades en France pour 2014. Je lance une réflexion, celle de prévoir des formations de cuisine pour inculquer à usiter tous les aliments restants et se dispenser donc de jeter. Il me semble que c’est une très bonne idée. Suivez l’expression si vous pareillement vous voulez réaliser un cours de cuisine à Nice.