Quand partir à Cuba

Envie d’exostisme ? Faites comme moi et partez aux Antilles, par contre ne faites pas comme moi et choisissez bien votre période. Je suis parti à Cuba à la mauvaise période, et c’était le drame. Voici quelques tuyaux pour vous éviter le pire. La meilleure saison pour se rendre à Cuba va de la fin novembre à la mi-avril; c’est la saison « fraîche », plus marquée dans cette île que dans le reste des Antilles. Parfois même le froid vient de l’ouest: quand l’air polaire dévale des plaines yankees, le souffle des nortes peut provoquer quelques gelées sur les sierras, au dessus de 300 m d’altitude; le Sud (voir Santiago de Cuba) est moins sensible à ces brusques rafraîchissements. Les nuits, relativement douces, permettent de récupérer de la chaleur diurne. À cette saison, l’air est moins humide, et la température de la mer comprise entre 25° et 27°. Pendant la saison des pluies, de la fin avril au début du mois de novembre, les températures grimpent, l’humidité est forte et l’atmosphère devient moite, souvent étouffante, malgré le souffle des alizés; il est alors plaisant de prendre des bains prolongés dans une mer qui atteint facilement 29. Les pluies tombent essentiellement en fin d’après-midi et marquent un ralentissement en juillet (surtout dans le Sud) ; elles sont plus abondantes sur les côtes. Attention à Septembre et Octobre qui sont les mois des Ouragans. Côté bébêtes, moustiques, surtout en été sur la côte, spécialement du côté de Guama – Et il y a les crabes qui sont sont inoffensifs, mais bruyants: la nuit, lorsqu`ils se rassemblent par milliers sur les plages à l`époque de la ponte, ils émettent des grincements continus qui troubleront peut-être votre sommeil si vous logez au bord de la mer. Autres bestioles, les touristes. Soumis à une pression balnéaire importante, mais cependant inférieure à celle de Saint-Domingue, Cuba voit ses plages très fréquentées. La haute saison couvre la période décembre-avril avec une petite résurgence en juillet-août. Mai et septembre sont les mois les moins fréquentés. Embargo oblige, les Américains se font rares et ce sont les Canadiens les plus nombreux. J’ai retrouvé toutes ces infos sur le site de séminaire entreprise à Cuba, et vous en trouverez d’autres qui peuvent être intéressantes si vous voyagez dans un cadre d’entreprise.