Une bromance Macron-Trump

Les gens ne réalisent pas qu’il aime me tenir la main. Et c’est bien, dans la mesure du possible. ” “Je veux dire, vraiment. C’est une très bonne personne”, continua Trump. “Et un dur à cuire, mais regardez, il doit l’être. Je pense qu’il va être un excellent président de la France. Mais il adore me tenir la main.” Trump a soutenu ses commentaires plus loin en janvier quand il a offert à Macron l’honneur d’être le premier dirigeant étranger invité à une visite d’Etat par l’administration Trump. La visite de trois jours, qui commence lundi, intervient à un moment où les deux partenaires travaillent au renforcement des liens entre leurs nations. Au-delà de la bravade  À première vue, la relation entre Trump, un isolationniste de 71 ans qui aime les nouvelles du câble et de longues journées sur le parcours de golf, et Macron, une quarantaine d’années, un intégrationniste pro-européen qui aime citer les philosophes et vanter les mérites vertus des arts, semble peu probable. En effet, leur relation a connu des débuts difficiles lors du sommet de l’OTAN à Bruxelles en mai dernier, lorsque Macron a semblé ignorer la main tendue de Trump et a plutôt salué la chancelière allemande Angela Merkel. Lorsque les deux hommes se sont finalement serré la main, c’est l’un des virus qui a viré en ligne, aucun des deux hommes ne cédant de terrain. .test-marker .theplayer position: relative;  Mais au-delà de la poignée de main et de la bravade, les deux hommes partagent un certain nombre de similitudes. Tous deux ont basé leur campagne présidentielle sur le fait d’être des étrangers et des ennemis de l’élite politique. Ils ont profité de l’insatisfaction et des désillusions du public à l’égard des principaux partis politiques pour remporter leurs élections respectives.  Trump, un nabab de l’immobilier, et Macron, un ancien banquier d’affaires, sont tous deux attirés par le scellement de bonnes affaires. Et ils partagent un penchant pour le symbolisme et le sens du spectacle, qu’il s’agisse de la télé-réalité ou de la tenue de réunions au milieu de la splendeur du château de Versailles. Et les deux hommes mariés, femmes dont ils ont 24 ans: Melania Trump a presque 24 ans de moins que le président américain et Brigitte Trogneux a environ 24 ans de plus que Macron. La paire partage également des points de vue sur la politique, notamment sur l’élimination de l’ISIS et la lutte contre le terrorisme mondial. Plus récemment, Trump et Macron ont travaillé ensemble pour éliminer les capacités d’armes chimiques de la Syrie. Ce sens de la coopération potentielle a permis de définir les pourparlers à venir comme quelque peu cruciaux, non seulement en termes de politique, mais également en aidant à rétablir ce partenariat historiquement fort entre les États-Unis et la France. Prenant Trump  Pour Macron, les étoiles se sont alignées. Alors que la première ministre britannique Theresa May a dû repousser les critiques concernant sa cour de Trump, Macron n’a pas jugé inutile de s’abstenir et s’est présentée comme le porte-parole de l’Europe. . Trump n’est guère populaire en France, mais Macron n’a rencontré que peu d’opposition face à sa décision de maintenir des liens étroits avec Washington et de renforcer sa position en tant qu ‘” interprète “de Trump, ainsi que l’ont expliqué ses collaborateurs.  Macron n’a pas hésité à critiquer Trump, notamment à propos de la décision américaine de se retirer de l’accord de Paris sur le climat et des commentaires désobligeants du président américain sur l’Afrique. Alors que d’autres dirigeants européens ont été réticents à l’idée de se laisser aller à Trump, Macron a réussi à couper le souffle. Mais son statut de leader européen avec peut-être le plus d’influence à la Maison-Blanche sera mis à l’épreuve cette semaine sur plusieurs fronts. Dans une interview accordée à Fox News diffusée dimanche, le président français a laissé entendre que ce serait une erreur pour Trump d’abandonner l’accord nucléaire avec l’Iran et il a exhorté son homologue à continuer à exempter l’Europe des tarifs. “Vous ne pouvez pas faire la guerre commerciale avec vos alliés”, a déclaré Macron. “C’est trop compliqué de faire la guerre à tout le monde, de faire la guerre commerciale contre la Chine, la guerre commerciale contre l’Europe, la guerre en Syrie, la guerre contre l’Iran, cela ne fonctionne pas. Vous avez besoin d’alliés.” Trump a vivement critiqué cet accord, convenu par son prédécesseur, visant à limiter les ambitions nucléaires de Téhéran, le qualifiant de “gêne majeure” pour les États-Unis. Il a averti la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne qu’ils devaient “réparer les terribles lacunes” de l’accord d’ici le 12 mai, sinon il refuserait d’honorer les sanctions que l’Iran avait promises. Macron plaidera pour que l’Europe reste dans le plan d’action conjoint de la Commission, le nom officiel de l’accord sur le nucléaire iranien, sans parvenir à un accord susceptible de nuire aux relations entre les États-Unis et l’Union européenne. En prévision de sa visite à Washington, Macron a eu des entretiens avec Merkel. Les deux dirigeants souhaitent que Trump accorde une dérogation aux droits de douane américains sur l’acier et l’aluminium européens.  Cela peut être difficile. Le mois dernier, Trump a lancé une attaque acerbe contre l’UE, affirmant que sa politique commerciale avait été “brutale” pour les États-Unis après avoir annoncé un droit de douane de 25% sur l’acier et de 10% sur les importations d’aluminium. Il a ajouté que l’UE s’était “regroupée pour battre les États-Unis dans le commerce”. Ces commentaires ont provoqué une réaction de colère en Europe, qui espère que Macron pourra changer l’esprit de Trump. Macron a confirmé?  La visite de Macron à la Maison Blanche devrait constituer un test décisif pour sa stratégie Trump, ainsi que pour sa capacité à négocier pour le compte des intérêts français à l’étranger.  Maron se tient à côté de Trump alors qu’ils posent pour une photo lors du G20 de Gemany en juillet dernier. Un an après son entrée en fonction, Macron a réussi à renforcer le statut de la France en tant que – comme le dit Trump – le “premier et le plus ancien allié” des États-Unis. Il est difficile de passer à côté du fait que cette nouvelle “relation spéciale” a été forgée par deux nouveaux arrivants politiques, tous deux déterminés à faire bouger le système par un culte de la personnalité. La chimie entre les deux hommes a propulsé le partenariat à un moment où Trump n’a pas réussi à créer un lien étroit avec les dirigeants britanniques ou allemands. Sous les yeux attentifs de May et Merkel, Macron a la possibilité de consolider la place de la France à la première table du gouvernement Trump et, ce faisant, de continuer à chercher à devenir le leader européen.