Voyage au coeur de la précarité enseignante

Dans un communiqué, les personnels du collège Mallarmé situé dans le 13e arrondissement, ont annoncé qu’ils seront ce vendredi 17 avril » massivement en grève pour dénoncer le traitement réservé à notre collègue contractuel de l’Atelier Relais « . Depuis 5 ans, Joachim Carrasco, éducateur diplômé en science de l’éducation, » porte l’Atelier Relais du collège Mallarmé à bout de bras… » Ces Ateliers Relais sont avec les Classes Relais des « dispositifs » qui visent à lutter contre le décrochage scolaire en prenant en charge des « collégiens en risque de marginalisation scolaire ». Mais à un an de sa CDIsation, » alors qu’il n’avait eu que des rapports favorables jusqu’alors, on lui refuse le renouvellement de son contrat » déplore le personnel dans ce communiqué assurant que son cas n’est pas isolé. » Cette année, plusieurs collègues coordinateurs d’Atelier Relais et de Classe Relais du département ont été malmenés par leur hiérarchie alors qu’ils prennent en charge les élèves les plus difficiles « . Son cas n’est pas isolé non plus dans la sphère des contrats précaires de l’éducation nationale, rapelle ce texte transmis par Sud Education 13 : » Ils sont nombreux puisque l’Education Nationale est le Ministère qui en embauche le plus. Beaucoup de contractuels se voient refuser le renouvellement de leur contrat à un an de leur CDIsation. La politique de résorption de la précarité est affichée mais pas appliquée. Nous dénonçons cette gestion des personnels qui confine au mépris, génère des souffrances psychologiques indéniables, place les personnels dans une précarité matérielle peu propice à un encadrement serein de nos élèves les plus en difficulté « . La revendication est donc simple : la titularisation de Joachim Carrasco comme le stipule la loi Le Pors dans l’article 3 de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983. » Le statut de fonctionnaire titulaire doit être la norme dans la Fonction Publique » conclut le communiqué.